Partager :

Il se passe quelque chose à Beersheva. « Il y a sept ou huit ans, il n’y avait que quelques centaines de personnes travaillant dans le domaine de la technologie dans toute la ville de Beersheva. Aujourd’hui, il n’y en a plus que 3 000 dans le parc technologique », déclare Netta Cohen, PDG de la société de transfert de technologie BGN Technologies de l’université Ben Gurion du Néguev dont il se retire après 16 ans. A ses débuts, il a considéré le développement régional comme l’une de ses principales tâches et il s’est inspiré du modèle du M.I.T en multipliant les accords de coopération aussi nombreux, aussi divers et aussi souples que possible, sans passer du temps sur leur formulation juridique.

« Le développement dans les laboratoires ne commence que si un professeur de l’université s’y intéresse beaucoup, ce qui signifie que la liberté académique est maintenue et que la science et la technologie sont renforcées. En même temps, un projet ne démarre que si quelqu’un dans l’entreprise s’y intéresse beaucoup. Nos chercheurs sont exposés à des informations du monde réel, ce qui leur donne ce que tout chercheur souhaite – plus de publicité.

L’une des entreprises qui a reconnu le potentiel et qui s’est installée dans le parc technologique en tant que pionnière et ancre est EMC, aujourd’hui Dell-EMC. « Dans ce cas également, nous avons commencé avec un projet de recherche qui s’est développé, et maintenant ils ont 250 personnes », dit Cohen. « Un tiers des chercheurs en ingénierie en Israël sont maintenant à l’Université Ben Gurion ». C’est le résultat direct des efforts de coopération avec l’industrie.

Cohen fonde de grands espoirs sur les développements attendus prochainement à Beer Sheva, qui sont susceptibles de favoriser la poursuite de la croissance de l’activité : la création du quartier de l’innovation de Beer Sheva et le transfert du centre informatique de l’IDF dans la région. Après le transfert du centre informatique de l’IDF dans la région, y compris l’unité de renseignement 8200 et d’autres unités, le nombre total de professionnels dans cette zone limitée atteindra 50 000.

Trois principaux domaines de spécialisation ont été définis pour le quartier de l’innovation : la cybersécurité, l’agriculture de précision (avec un accent sur le désert et l’énergie solaire) et la santé numérique.

Maintenant se pose la question de l’avenir avec, entre autres points, l’intégration de la population bédouine de la région. Beersheva progresse, avec ou sans lien avec l’Université. Il y a une explosion culturelle, dont une partie est soutenue par les entreprises technologiques et l’’équilibre démographique s’améliore.

Par ailleurs, le centre médical Soroka, situé à côté de l’université, est l’un des plus grands hôpitaux d’Israël. Ils ont un processus positif de médecins qui viennent faire de la recherche, et ils sont partenaires dans le quartier de l’innovation. ctionner que dans une dizaine d’années). Dans le domaine médical, nous avons fondé l’Institut national de biotechnologie dans le Néguev (NIBN).

Cependant, même s’il est toujours passionné par son job, N. Cohen va arrêter, car il a besoin d’un changement après 15 ans d’activité.

Source : Globes & Israël Valley

Partager :