Partager :

Depuis l’apparition en Chine du nouveau coronavirus qui se propage rapidement, les pharmacies en Israël (à ce jour aucun cas de coronavirus n’est à relever en Israël) et en Europe sont prises d’assaut par des clients qui cherchent à se procurer des masques chirurgicaux en papier ou en tissu bleu.  La France n’est pas épargnée par le phénomène.

LE PLUS.Selon RFI : « La Chine du coronavirus n’est pas celle du SRAS en 2003 : l’ensemble des nouvelles technologies développées par la deuxième économie du monde sont aujourd’hui au service de la lutte contre l’épidémie. Dans la province du Jiangxi, une communauté de quartier mesure la température des résidents au moyen de drones. Les habitants se mettent à la fenêtre. Et comme dans les aéroports, la machine mesure leur chaleur corporelle via une caméra thermique.

Les robots sont également au travail. Un fabricant a mis à disposition d’un hôpital de Wuhan des serveurs androïdes pour livrer les repas aux malades, rapportent les médias d’État. À Hong Kong, des bracelets électroniques associés à un téléphone portable vont être distribués aux personnes suspectées d’avoir été contaminées. « L’objectif de ce bracelet est de s’assurer que les personnes en quarantaine ne sortent pas de chez elles, a expliqué Victor Lam, chef du bureau de la communication de la région administrative spéciale. Si jamais le bracelet est abîmé, un signal sera  envoyé à la police pour vérifications. » »

Partager :