Partager :
Le marché des produits de beauté et cosmétiques dont l’activité en Israel s’élève à près de 3 milliards d’euros par an, constitue une concentration qui se caractérise par de nombreuses barrières d’importations contribuant à la préservation de la concentration de ce marché. Les grands importateurs des puissantes marques des grandes sociétés internationales, qui sont faibles en nombre, concentrent une grande force sur le marché.
Cette problématique s’exprime par le fait que même s’il s’agit d’un marché dont la part d’importation a toujours été en hausse par rapport aux frais, les prix des produits sont en hausse. Il existe des écarts considérables entre les prix d’Israël et de l’étranger et les gains des importateurs se trouvent toujours en perpétuelle hausse. Cette situation requiert une certaine régulation supplémentaire pour supprimer les barrières par le Ministère de l’Economie.
LE PLUS. Les Ministères de la Santé, de l’Economie et des Finances en Israël ont  conclu de nouvelles règlementations concernant les produits cosmétiques,  ainsi une nouvelle régulation est mise en place dans le domaine de l’import de produits cosmétiques en Israël, un marché s’élevant à 8.6 milliards de shekels par an. 
Les réglementations des produits cosmétiques seront soumises demain à la Knesset après concordance entre le Ministère de la Santé et de l’Economie.
Les règlementations se basent sur les principes de régulation européennes avancés suivant lesquels les produits peuvent entrer sur le marché après un processus simple et rapide de notification (information) et après un test du produit par un représentant chargé de cette fonction par le producteur ou l’importateur en fonction de mécanismes de sécurité et l’adoption de standards reconnus en Europe et dans les pays développés.
Le marché israélien s’apprête à s’ouvrir à une certaine compétitivité suite à cette réforme avec l’arrivée de divers produits et sociétés, puis une baisse des prix aura lieu. 
Cette réforme élargira la taille de l’export de produits israéliens vers l’Union Européenne et on verra une suppression des barrières suite à cette régulation.
Comment cette procédure aura lieu? L’importation de la plupart des produits des pays connus s’effectuera suivant de nouvelles directives tout en préservant la santé du public.
Une instruction de transfert sera mise en place, celle-ci concerne les permis des importateurs ramenant en Israël des produits cosmétiques qui ne sont pas commercialisés dans des pays reconnus. Cela permettra de poursuivre la commercialisation des produits pour une durée de 5 ans à partir du jour où la réforme entrera en vigueur.
Afin de faciliter l’importation de parfums et savons, il a été convenu que ces produits soient sous la responsabilité du Ministère de l’Economie et de nouveaux amendements seront définis par le Ministère de la Santé suivant les exigences et ce avant l’entrée en vigueur des réglementations.
Il a été également convenu que les trois Ministères qui sont à la tête de cette réforme (Ministère de la Santé, des Finances et de l’Economie) discuteront dans les mois à venir l’intégration d’autres pays dans la liste des pays déjà existante.
Le marché des produits de beauté et cosmétiques dont l’activité s’élève à près de 8.6 milliards de shekels par an, constitue une concentration qui se caractérise par de nombreuses barrières d’importations contribuant à la préservation de la concentration de ce marché. Les grands importateurs des puissantes marques des grandes sociétés internationales, qui sont faibles en nombre, concentrent une grande force sur le marché.
Cette problématique s’exprime par le fait que même s’il s’agit d’un marché dont la part d’importation a toujours été en hausse par rapport aux frais, les prix des produits sont en hausse. Il existe des écarts considérables entre les prix d’Israël et de l’étranger et les gains des importateurs se trouvent toujours en perpétuelle hausse. Cette situation requiert une certaine régulation supplémentaire pour supprimer les barrières par le Ministère de l’Economie.
Partager :