Partager :

Un article de Jean Klein pour Israël Valley. Benjamin Netanyahou vient d’annoncer que son gouvernement co-financera la construction d’un musée à la mémoire des anciens combattants juifs de la Seconde Guerre mondiale.
Annoncé depuis longtemps et considéré comme abandonné, le projet vient d’être relancé à la suite d’un récent don privé qui a entraîné une réaction du gouvernement qui dispose d’une structure de 2 200 mètres carrés construite à Latrun, dans le centre d’Israël, près du site de l’une des batailles les plus importantes de la guerre d’indépendance d’Israël en 1948, mais restée vide pendant des années.
L’histoire des 1,5 million de Juifs qui ont combattu les nazis – et des 250 000 morts au combat – a longtemps été perdue en Israël dans la tragédie de l’Holocauste. Les 550 000 soldats judéo-américains qui ont combattu aux côtés des Alliés, par exemple, ont été oubliés, y compris ceux qui ont été parmi les premiers à libérer les camps de concentration nazis, où ils ont consolé les prisonniers en yiddish.
Il faudra environ 18 mois pour achever les travaux et inaugurer le musée, a déclaré Zvi Kan-Tor, un général israélien à la retraite qui a dirigé les efforts pour établir le Musée du soldat juif pendant la Seconde Guerre mondiale.
Il n’y a pas en Israël de musées consacrés uniquement aux Juifs qui ont combattu les nazis. Il existe des monuments commémoratifs individuels, et une population décroissante d’anciens combattants soviétiques marquent encore le Jour de la Victoire avec leurs médailles épinglées sur de vieux uniformes. Le musée de l’Holocauste Yad Vashem à Jérusalem a des sections consacrées aux partisans et aux rebelles dans les différents ghettos, mais les anciens combattants ont estimé que les éléments exposés sont insuffisants, le musée de Latrun devant leur servir d’héritage.
« Je suis heureux que cela se produise enfin « , a déclaré Yitzhak Arad, un ancien combattant partisan soviétique de 92 ans qui a fait sauter 16 trains de ravitaillement allemands pendant son adolescence pendant la guerre.  »
Source : Washington Post & Israël Valley
 

Partager :