Partager :
Reuven Rivlin a prôné le dialogue interreligieux auprès de représentants de la communauté musulmane de France, au premier jour de sa visite dans l’Hexagone mercredi.
« Dire que les religions sont la source d’une tension, sont la source d’un conflit possible qui pourrait se développer à chaque instant, voilà (…) ce qu’il faut absolument expliquer à tous : combien c’est erroné comme conception », a déclaré M. Rivlin, devant une trentaine de responsables du culte musulman et israélite.
« La conviction qui lie le judaïsme à l’islam doit être la clé de la paix et non une justification de la violence. Ce que vous et les dirigeants de toutes les communautés dites est particulièrement important en ce moment, », a-t-il ajouté.
Parmi eux figuraient Hassen Chalghoum, l’imam de la mosquée de Drancy, près de Paris, le cofondateur du programme « Emouna, l’amphi des religions » à l’Université parisienne Science-Po (formation pour prêtres, pasteurs, rabbins, imams et moines bouddhistes), l’imam Mohammed Azizi, et le président de l’association des musulmans sénégalais de France, Kemadou Gassama.
Assistaient aussi aux débats l’écrivain Marek Halter qui a animé la session, le grand rabbin de France Haïm Korsia et le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) Francis Kalifat.
L’ambassadrice française en Israël Hélène le Gal était également présente.
Faisant part de son constat d’une montée des populismes, du « fondamentalisme, (de) l’intégrisme, (de) l’extrémisme, du racisme », des « choses qui amènent l’antisémitisme », ce fils d’un professeur ayant traduit le Coran a appelé son auditoire à bâtir « une confiance entre les religions ».
« Nous ne sommes pas condamnés à vivre ensemble mais nous sommes destinés à vivre ensemble », a ajouté Reuven Rivlin, évoquant le cas de Jérusalem où cohabitent plusieurs confessions.
L’imam Chalghoum a jugé la rencontre « historique, forte et importante » pour « l’avenir de ces deux communautés, qui sont normalement la richesse de la France mais malheureusement sont devenues le problème de la France (…) ces dernières années ». C’est une « flamme d’espoir » dans une « période de tensions », assurant que « les religieux voulaient aller de l’avant ».
M. Halter a, à la fin de la séance exprimé le désir de voir prochainement les imams présents à Jérusalem.
https://www.i24news.tv/fr/actu/international/193693-190122-le-president-israelien-en-visite-officielle-a-paris
 
Partager :