Partager :

Cette information a intéressé les médias en Israël. Selon (1) : « A la fin septembre, dans un appartement de Seine-Saint-Denis, un jeune rappeur, torse nu, jean usé et claquettes-chaussettes, prend la pose avec un lionceau attaché avec une chaîne en métal. La photo fait rapidement le tour des réseaux sociaux. Quelques semaines plus tard, mardi 10 octobre, le jeune homme de 24 ans est arrêté par les policiers pour « détention d’espèce animale non domestique protégée ».
Cette affaire n’est pas exceptionnelle. En moins de cinq ans, plus d’une quinzaine de grands fauves ont été saisis chez des particuliers par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), principalement en Ile-de-France. Franceinfo a mené l’enquête sur ce trafic d’animaux sauvages « de compagnie ».

« Des habitants entendaient des rugissements »

Des histoires de gros félins retrouvés chez des particuliers, dans des jardins ou des appartements, Eric Hansen, délégué inter-régional de l’ONCFS, en a plein les tiroirs. « Une fois, des habitants nous ont appelés parce qu’ils entendaient des rugissements dans une forêt toute proche, se rappelle-t-il. Nous sommes allés sur place et nous avons trouvé un lion et un tigre, dans une petite cage de deux mètres sur deux, près d’une habitation. »
Plusieurs propriétaires illégaux d’animaux sauvages se sont aussi fait interpeller après avoir contacté des professionnels du secteur. « Il y a quelques années, un vétérinaire nous avait signalé le cas d’un couple qui lui avait demandé de ‘dégriffer’ leur panthère pour éviter les blessures, raconte Eric Hansen. Il y avait aussi ce taxidermiste, contacté par un homme qui possédait un vieux lion et qui voulait le transformer en descente de lit… »
(1) http://www.francetvinfo.fr

Partager :