Partager :

Extraits d’un article publié par JSS News : « En visite privée en Israël avec son épouse Anne Gravoin, l’ancien Premier Ministre Manuel Valls en a profité pour se détendre. Entre des spectacles liés au Festival du Théâtre français et des visites de lieux touristiques (comme la Mer Morte), M. Valls a également pris le temps de rencontrer la communauté franco-israélienne. C’était ainsi le cas le 1er novembre, devant 400 personnes venus l’écouter lors d’une conférence organisée par la Tal Business School, la première école de commerce/start up francophone d’Israël.
L’occasion pour Manuel Valls, de revenir sur un évènement marquant de ses dernières années: l’accusation de Roland Dumas, affirmant que “M. Valls est sous l’emprise de sa femme” (ndlr: juive).
Réponse de M. Valls devant l’auditoire: “Si j’aime Israël, ce n’est pas parce que je suis sous l’influence de ma femme… Bien entendu, je suis sous l’influence de ma femme (rires)… Il ne peut pas en être autrement ! Mais je laisse cela à un géopoliticien qui malheureusement a occupé des fonctions importantes et dont la voix porte et fait mal quand elle affirme de telles inepties… Cela s’appelle tout simplement de l’antisémitisme. Ce n’est pas parce que l’on a été président du Conseil Constitutionnel ou Ministre des Affaires Etrangères, qu’on a le droit de tenir de tels propos. (…)
Si j’aime Israël, au delà, évidemment, de l’amour que j’ai pour Anne, c’est parce que je considère qu’il y a différentes raisons qui marque mon engagement auprès des israéliens. Il y a l’histoire de ces 70 dernières années… Il y a le combat qui est le notre, le mien, celui contre l’antisémitisme. Comme le disait Jankelevitch, “l’antisémitisme à sa particularité.” Il ne s’agit pas d’être dans une concurrence des haines, des racismes et des rejets, mais il a sa particularité. Il a sa particularité d’une histoire millénaire. Et à chaque fois que l’antisémitisme se réveille, il prend des proportions ignobles… Et nous savons que le monde, la France, va vivre. Il faut donc être vigilant et le combattre. Et c’est l’un des défis majeur de notre société. “
Par Déborah Cohen – JSSNews (Merci à Jonathan-Simon Sellem et à Sonia Lévy pour leur contribution à cet article). 

Partager :