Partager :

Le magnat chinois du commerce en ligne Jack Ma, qui connait bien Israël, (1) a confirmé qu’il fera ses débuts le mois prochain dans un film de kung-fu aux côtés de stars du cinéma d’action comme Jet Li et Donnie Yen. Intitulé Gong Shou Dao, qui signifie « L’art de la garde et de la défense », le film de 20 minutes, qui ne sera pas projeté dans les cinémas, devrait sortir le 11 novembre.
« Cette nuit-là … ce rêve », a écrit Jack Ma dans un message attaché à l’affiche du film et publié samedi sur la plate-forme chinoise de micro-blogging Weibo, sans donner cependant de détails sur l’intrigue. Jet Li, producteur exécutif du film, a déclaré à Sina, l’un des principaux groupes de médias basés sur Internet : «Nous avons tous le même rêve, utiliser le cinéma pour promouvoir la culture traditionnelle chinoise et rendre hommage à nos prédécesseurs dans le domaine du kung-fu chinois ». Les stars du film d’action Jet Li, Donnie Yen, Wu Jing et Sammo Hung Kam-bo, la star de la boxe Zou Shiming, l’acteur thaïlandais Tony Jaa et le champion de sumo mongol Asashoryu Akinori figurent parmi les grands noms de l’équipe du film. Jack Ma, président exécutif du groupe Alibaba, a depuis longtemps exprimé son intérêt pour la culture traditionnelle chinoise, en particulier le kung-fu, et il a d’ailleurs pratiqué le taï-chi pendant de nombreuses années. Source : China.org.cn
LE PLUS . UN ARTICLE DE i24News
(1) : « Le géant chinois de l’e-commerce Alibaba a annoncé mercredi vouloir dépenser près de 13 milliards d’euros dans la recherche, notamment pour doper ses technologies d’intelligence artificielle, cruciales pour continuer de dominer un secteur très concurrentiel.
Le groupe va dépenser cette somme en trois ans dans ses activités de recherche et développement (R&D) et établir sept nouveaux laboratoires « à travers le monde », a annoncé le directeur de la technologie Jeff Zhang lors d’un forum sur l’informatique en nuage, selon le groupe. Les laboratoires auront lieu à Beijing et Hangzhou en Chine, San Mateo et Bellevue aux Etats-Unis, Moscou en Russie, Tel-Aviv en Israël, et Singapour. Cela correspondrait peu ou prou à un doublement: durant son exercice 2016/2017, achevé en mars, Alibaba n’avait dépensé « que » l’équivalent de 2,1 milliards d’euros dans ses dépenses de « développement produit ».

Partager :