Partager :

IsraelValley. (DR) Malgré l’existence certaine de pro-BDS au sein de la « Catalogne libre » les israéliens sont en général assez favorables aux indépendantistes Catalans. Les hommes d’affaires  israéliens ne sont donc pas impressionnés par la situation très instable en Catalogne. Les relais d’affaires des israéliens en Catalogne sont souvent des juifs de Barcelone. La ville compte environ 15 000 Juifs (très liés à Israël) sur les 45 000 d’Espagne, selon le Congrès juif européen.
Selon Challenges.fr : « Les projets d’investissements en Catalogne sont suspendus en raison de la situation politique dans la région qui pourrait proclamer son indépendance, a déclaré jeudi le ministre espagnol de l’Economie, Luis de Guindos. « Cela crée de l’incertitude qui paralyse les projets d’investissement en Catalogne. Je suis convaincu qu’aucun investisseur international ou national ne participera à un nouveau projet d’investissement tant que (la situation) ne se sera pas éclaircie », a-t-il déclaré à Reuters.
Luis de Guindos a en revanche assuré que les velléités indépendantistes catalanes n’avaient pas affecté pour le moment la croissance économique espagnole, toujours attendue au-dessus de 3% cette année. La Catalogne représente pourtant un cinquième du produit intérieur brut (PIB) espagnol. La banque Sabadell, basée à Barcelone, a pour sa part confirmé jeudi que son conseil de direction se réunirait dans l’après-midi pour discuter d’un éventuel transfert de son siège social hors de Catalogne, ce qui a fait flamber le cours de son titre à la Bourse de Madrid ».
LE PLUS.
Le Conseil de direction de Banco Sabadell, la cinquième banque d’Espagne basée à Barcelone, a décidé ce jeudi de déplacer son siège social à Alicante. Une décision relance le débat sur la capacité de la Catalogne à préserver ses richesses en cas d’indépendance. Les actions Sabadell et de Caixa (troisième banque du pays) ont chuté de plus de 5 % depuis le référendum de dimanche, qui a fait grandir le spectre d’un blocage de l‘économie catalane voire d’une perte de l’accès des banques catalanes aux marchés financiers européens.

A la Bourse de Madrid, l’indice Ibex35 a cédé près de 5 % de sa valeur cette semaine. Les marchés redoutent que l’indépendance de la région plombe les finances de l’Espagne, quatrième économie de la zone euro. Ce jeudi l’agence de notation Standard & Poor’s a placé sous surveillance négative la note de la Catalogne, qui représente un cinquième de l‘économie espagnole. Cette semaine, les entreprises catalanes Eurona Wireless Telecom et Oryzon Genomics ont annoncé qu’elles transféraient leur siège à Madrid, sans lier explicitement leur décision à l’actualité politique dans la région.

Partager :