Partager :

La Catalogne est déterminée. Les autorités espagnoles (gouvernement, police, juges) traquent sans relâche le matériel électoral qui doit servir au référendum d’autodétermination de la Catalogne, ce dimanche 1er octobre. Après avoir saisi dix millions de bulletins de vote le 20 septembre dernier, la Guardia civil n’arrive toujours pas à retrouver les urnes.
En ce jour de référendum d’autodétermination, interdit par les autorités espagnoles, des milliers de Catalans se sont massés devant les bureaux de vote à Barcelone et dans d’autres villes. Si les citoyens espéraient voter dans un esprit pacifique, Il n’aura pas fallu attendre longtemps avant de voir les premières tensions. La police a chargé des manifestants dans le centre de Barcelone, près d’une école du centre-ville où la police était entrée de force pour saisir des urnes qui devaient servir au référendum interdit, selon des témoins.

Selon huffingtonpost.fr :  » La région indépendantiste a en effet mis en place une stratégie jusqu’ici payante, pour en faire le secret le mieux gardé du pays. France Info rapporte que la semaine dernière, la police espagnole croit être sur une piste sérieuse. Une photo, circulant sur What’s App, montre une palette de 290 kilos de cartons portant la mention « Emballages, urnes et bulletins ». Des militaires sont aussitôt déployés dans l’entrepôt concerné, afin de procéder à une perquisition. Mais ils ne trouvent rien d’autre que des milliers de paquets de pâtes ou d’emballages de produits cosmétiques. En réalité, le fournisseur de l’entreprise avait fait une mauvaise blague.
Dans le petit village de Puigcerda, la municipalité n’a, à ce jour, toujours pas reçu les bulletins et les urnes, relate France Bleu. Et pour cause: ce matériel électoral doit être livré à la dernière minute. Même le maire de la commune ignore tout de l’opération. Son adjoint explique à France Bleu: « Nous ne savons rien. Nous ne savons pas quand les urnes arriveront, ni où elles se trouvent aujourd’hui. (…) C’est évident que le matériel électoral doit être dissimulé, car la police espagnole fouille partout et si elle trouve, elle emportera tout ». En outre, l’organisation du vote ne sera effectuée que par des bénévoles et non des employés municipaux, afin de leur éviter toutes poursuites judiciaires.
 Le matériel électoral caché à l’étranger?

Où sont donc les urnes et les bulletins de vote? La question anime le pays, et plusieurs théories commencent à émerger dans les médias. Selon El Confidencial Digital, les services de renseignements recherchent ce matériel électoral en Israël. Le pays n’a en effet jamais caché son soutien envers la cause catalane.

Le média espagnol a également eu accès à des fuites provenant de la direction des Mossos d’Esquadra, la police catalane désormais dirigée par le ministère de l’Intérieur espagnol en vue du référendum. Ceux-ci sont chargés d’identifier les bureaux de vote et leurs responsables, de les mettre sous scellé vendredi soir au plus tard et de les surveiller jusqu’à dimanche. En enquêtant, les Mossos ont eu des soupçons sur une éventuelle cachette en Russie ou en Serbie. Selon France Info, ces théories sont peu probables étant donné la « logistique importante pour les répartir ensuite dans toute la Catalogne ».
Partager :