Partager :

Contrairement à ce qui a été affirmé récemment dans un blog francophone israélien l’Agence France Presse (AFP) a bien présenté ses excuses il y a quelques mois (été 2017) pour avoir publié une carte sur son compte Twitter officiel excluant l’État d’Israël.

Dans Valeurs Actuelles : “Une faute regrettable a été commise, elle a été corrigée dès qu’elle a été signalée”, a réagi le directeur de l’information de l’agence Michele Leridon, en réponse à une lettre de Shimon Samuels, directeur des relations internationales du centre juif Simon Wiesenthal, basé à Paris, rapporte The Algemeiner.

“Cette erreur est due au réemploi d’une carte utilisée pour un sujet différent (la division entre Chiites et Sunnites dans le monde musulman)”, a précisé l’AFP, régulièrement accusée par des organisations juives et israéliennes de parti pris dans le traitement médiatique du conflit israélo-palestinien.

”Une carte mentionnant Israël a été envoyée à tous les médias. Nous déplorons sincèrement cet incident et vous prions de bien vouloir nous en excuser.” (Source : valeursactuelles.com)

 
L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale et généraliste chargée de collecter, vérifier, recouper et diffuser l’information, sous une forme neutre, fiable et utilisable directement par tous types de médias (radios, télévision, presse écrite, sites internet) mais aussi par des grandes entreprises et administrations.
Réalisant la moitié de son chiffre d’affaires commercial à l’étranger, l’AFP est implantée dans environ 150 pays avec 200 bureaux. Elle assure depuis 1957 une couverture complète de l’actualité mondiale, dans tous les domaines et sous toutes ses formes : photographie, infographie, vidéo et texte dans six langues. Comme sa concurrente américaine l’Associated Press et à la différence de son lointain ancêtre Havas, l’AFP n’a pas d’actionnaire. Son conseil d’administration est composé majoritairement d’éditeurs de presse, à l’instar de l’Associated Press et de Reuters jusqu’en 1984. Pour garantir son indépendance, la loi exige qu’elle équilibre son budget, après amortissement comptable des investissements, l’AFP ayant de plus accès aux marchés financiers pour emprunter.

Partager :