Partager :

EXCLUSIF ISRAELVALLEY. Un article de Ilan Brajzblat : « Global Positive Forum a Paris: Israël en mauvaise place du classement des économies positives. »
Le 1er septembre avait lieu à Paris, a l’initiative de Jacques Attali, le premier Global Positive Forum. Cette réunion se voulait être le point de départ des premiers « états généraux de l’économie positive ».
Cette nouvelle vision de l’économie, qui a le vent en poupe dans les sociétés occidentales, tend à inclure dans la stratégie des agents économiques l’intérêt des générations futures et la responsabilité sociétale des entreprises. Le ministre de l’économie Bruno Le Maire était présent avant son départ pour Tel Aviv ainsi que le premier ministre de l’Islande, élue économie la plus « positive au monde ».
De nombreux dirigeants de grands groupes et des économistes de l’OCDE avaient également fait le déplacement. Pour Jacques Attali, la réussite « c’est faire en sorte que le monde soit moins pire après soi, ce qu’on appelle le Tikkun Olam ».
La notion de Tikkun Olam, la « réparation du monde », est un concept issu de la philosophie kabbalistique juive qui indique que la justice sociale est une condition préalable à l’entrée dans l’ère messianique. En Israël, nombre d’organismes de charité, de volontariat sociale et d’aide humanitaire se réclament de cette idée.
De la même manière la notion de Tikkun olam est très présente dans l’esprit entrepreneurial israélien et avoir un impact positif sur le monde est un gage de réussite pour une entreprise tout autant que la maximisation des profits.
C’est cet esprit qui pousse également ces derniers temps nombre de prodiges de la high tech à abandonner leur activité pour se consacrer à des activités plus artisanales ou ils peuvent ressentir l’impact sur leur environnement.
Malgré tout, l’état israélien se place dans le dernier tiers du classement de la positivité des entreprises du Positive Economy Forum, signe peut être du décalage entre les valeurs court-termistes de la politique économique gouvernementale et celles de la société israélienne et de ses entrepreneurs en particulier.

Partager :