Partager :

La comédie musicale de Damien Chazelle qui a récolté un nombre record de sept prix à la cérémonie des Golden Globes après avoir été nominée dans 7 catégories, a aussi un angle israélien : la Banque Hapoalim lui a versé quelque millions de dollars.
Le film “La La Land”, une histoire romantique musicale a été couronnée le 9 janvier 2017, grand vainqueur des Golden Globes, prix du cinéma et de la télévision aux États-Unis en raflant sept prix dans la compétition, battant le record de « Vol au-dessus d’un nid de coucou » qui avait remporté six trophées en 1976.
La magazine « Mamon » a appris hier que le film avait aussi un angle israélien : le financement du film avec pas moins de quelques dizaines de millions de dollars par la Banque Hapoalim, et plus précisément la succursale Affaires ouverte il y a deux ans en Californie. En Septembre 2015, il a été révélé que l’un des domaines mentionnés dans la mission de sa nouvelle banque en Californie est le financement des films et des productions de télévision aux États-Unis, par une équipe dédiée spécialisée dans le domaine.
L’équipe travaille en étroite collaboration avec plusieurs studios de cinéma dans la région, comme les studio Europa et la société de production Legendary, qui est responsable d’une partie des productions les plus importantes dans la dernière décennie telles que le film Batman, « The Hangover », « Star Trek », et « Jurassic World ».
“La La Land” a été produit par quatre sociétés de production, Fred Berger, Jordan Horowitz, Gary Gilbert et Marc Platt pour à un coût estimé à 30 millions de dollars. Le coût de la production a été financé par des prêts, et entre autres, ceux octroyés par la Banque Hapoalim qui sont estimés à des dizaines de millions de dollars. Bank Hapoalim a été mentionné dans le générique du film sous le nom de sa succursale à l’étranger – BHI.
“Mamon” a appris que le prêt accordé par la banque a déjà été entièrement rendu par les producteurs avant même la sortie du film, et que l’accord de financement n’a pas mentionné une assurance pour la banque d’un revenu supplémentaire dépendant du succès du film.
Le film a déjà récolté 4,1 millions de dollars à la fin de la première semaine de sortie dans les salles à la mi-décembre, et depuis plus de 68 millions de dollars ont été encaissés. Ces revenus devraient croître après avoir remporté les prix Golden Globes et avant la remise des Oscars, alors qu’il part favori dans les principales catégories.
Mise à part sont activité avec les studios de cinéma, la Banque Hapoalim est active en Californie dans le domaine commercial avec les PME locales dans l’immobilier, le commerce et l’industrie, et en offrant ses services aux entreprises de haute technologie opérant dans la Silicon Valley, y compris les entreprises israéliennes.
Par Roy Bergman – Aharon Kahn

Partager :