Partager :
Au cours des derniers six mois, le nombre total d’attaques de phishing et de ransomware sur les ordinateurs d’utilisateurs aux États-Unis, en Europe et en Asie a doublé par rapport à la même période en 2016. Dans ce contexte, une société prédit une invasion de cybermutants en ligne.
La société de développement de logiciels Check Point prévient sur son blog d’une nouvelle vague de fraudes en ligne. Selon une étude qu’elle a menée, 23,5% des organisations dans le monde auraient été affectées par le logiciel malveillant RoughTed et 19,7% des entreprises auraient été attaquées par le virus Fireball. (fr.sputniknews.com)
LE PLUS. Check Point a été créé en 1993, par Gil Shwed, l’actuel CEO, à l’âge de 25 ans, avec deux de ses amis, Marius Nacht (actuel vice-président) et Shlomo Kramer (qui a quitté Check Point et creé Imperva en 2003). Le financement initial de 600 000 $ a été fourni par le groupe BRM, un fonds de capital-risque).

La première percée commerciale est venue en 1994 lorsque Check Point a signé un accord OEM avec Sun Microsystems, suivie par un accord de distribution avec HP en 1995. La même année, un siège social aux États-Unis a été établi à Redwood City, en Californie.
En février 1996, la société a été nommée leader mondial du marché de pare-feu par IDC, avec une part de marché de 40 pour cent. En juin 1996, Check Point a réuni 67 millions de dollars sur son offre initiale au NASDAQ.
En 1998, Check Point a établi un partenariat avec Nokia, ce qui a permis d’intégrer le logiciel de Check Point dans les ordinateurs du fabriquant. En 2000 la société est devenue le premier fournisseur mondial de solutions VPN (en termes de part de marché). Durant les années 2000, Check Point a commencé l’acquisition de sociétés de sécurité informatique aboutissant à l’acquisition de l’unité de sécurité réseau de Nokia en 2009, un peu plus de 10 ans après le premier partenariat avec cette entreprise.

Produits

Les produits de Check Point sont répartis dans les catégories suivantes :

  • Passerelles de sécurité – avec des services de sécurité tels que l’IPS, le contrôle applicatif, le filtrage d’URLs, l’anti-virus, l’anti-bot, la protection contre les attaques « zéro-day » (Sandblast), le DLP, la mobilité, le VPN IPSEC et SSL.
  • Protection des postes et des données – Check Point Endpoint Security est un agent de sécurité qui combine pare-feu, anti-virus, chiffrement complet du disque, chiffrement des médias, protection des périphériques, protection des documents, contrôle d’accès réseau (NAC), contrôle applicatif, filtrage d’URLs, et VPN (réseau privé virtuel).
  • Protection des mobiles – L’offre Mobile Threat Prevention (MTP) repose sur une analyse avancée de l’application pour détecter les menaces connues et inconnues dans un mode virtualisé d’une sandbox, propose la surveillance l’activité du réseau pour un comportement suspect ou malveillant, et enfin, évalue les configurations au niveau de l’OS afin de réduire la surface d’attaque.
  • Gestion de la sécurité – permet aux administrateurs de gérer la sécurité globale de l’entreprise au travers d’une interface graphique, en ligne de commande ou via des APIs. Des outils de supervision, de rapport d’activité, d’alertes ou encore de corrélation d’événements sont intégrés dans la console.

 

Partager :