Partager :

Attention à vos pieds lorsque vous allez sur les plages d’Israël. Les méduses sont là, sous vos pas! Une innovation intéressante pour les lecteurs d’IsraelValley et publiée par La tribune :
« Les habitants de Tel-Aviv le savent bien : les méduses (1) se déplacent beaucoup, en grand nombre, et peuvent ruiner une après-midi de baignade. Pour éviter ces désagréments, l’entrepreneur Tamir Huber a créé la première application sociale de géolocalisation des méduses.
JellyOh permet à chacun d’indiquer en temps réel si sa plage est infectée afin de prévenir la communauté, mais aussi de signaler que la voie est libre. De quoi éviter certains désagréments, surtout pour les plages régulièrement visitées par ces animaux piqueurs ».
Les méduses sont de plus en plus présentes dans le monde, en particulier en mer Méditerranée et sur les plages israéliennes. Les spécialistes israéliens de l’écologie marine estiment que les méduses seront moins nombreuses en Israël cette année que l’an passé. Il n’empêche que leur prolifération menace toujours les baigneurs. La piqûre de méduse est en général bénigne mais il n’est jamais très agréable de se faire piquer.
(1) Le terme méduse est un nom vernaculaire désignant les formes libres de nombreux groupes de cnidaires et qui s’opposent donc aux formes polypes, sessiles. Les méduses sont généralement des prédatrices, elles paralysent leurs proies grâce à leurs cnidocytes et peuvent posséder des structures sensorielles très élaborées comme des ocelles, rassemblées au sein de rhopalies. Certaines méduses appartenant à la classe des Cubozoa peuvent être mortelles pour l’Homme. Dans le cycle de vie de certains groupes de cnidaires, la forme méduse peut alterner avec la phase polype, mais d’autres vivent uniquement à l’état de méduse. Bien qu’on les retrouve principalement dans les eaux salées, il est possible d’observer certains types de méduses en eau douce.
Il existe environ 1 500 espèces de méduses répertoriées au début du XXIe siècle, essentiellement des hydroméduses. Les méduses sont par ailleurs considérées – au vu des résultats récents de phylogénie moléculaire – comme un caractère propre à l’un des deux groupes de cnidaires, appelé en conséquence Medusozoa (composé des classes : Cubozoa, Scyphozoa et Hydrozoa). L’autre groupe étant celui des Anthozoa. Cependant l’origine évolutive exacte de la forme méduse est encore mal comprise.

Partager :