Partager :

Une partie importante des « Archives Schneerson », cet ensemble de manuscrits et d’ouvrages souvent rares ayant appartenu au sixième dirigeant de Loubavitch que la Russie a refusé de restituer au mouvement « habad », va achever d’être mis en ligne courant juillet.

Tel Aviv. IsraelValley. Quelques années avant de fuir l’Union Soviétique, Rabbi Yossef Itzhak Schneerson, le sixième rebbe de Loubavitch*, avait demandé au gouvernement de lui rendre les trente cinq caisses de livres et manuscrits qu’ils avaient saisies quelques années auparavant. En vain. Les ouvrages étaient restés à la Bibliothèque Lenine de Moscou.
Malgré de nombreux procès et la pression de la justice américaine saisie par le mouvement « habad », la collection initiée au 18e siècle par Rabbi Schneur Zalman de Lyady (le fondateur de cette dynastie hassidique), la situation a peu changé. Si ce n’est que, récemment, le gouvernement russe a invité un bibliothécaire « habad » à Moscou afin que celui-ci choisisse des livres ayant appartenu à la famille Schneerson. C’est ainsi que 4 651 ouvrages se trouvent, désormais, au « Musée juif et Centre de la Tolérance » dans la capitale de la Russie.
Quant aux manuscrits, lettres, documents et photographies de la collection, ils sont toujours dans la Bibliothèque de l’état russe car, selon Svetlana Khvostova, la bibliothécaire en charge de la collection Schneerson, « la communauté hassidique a écrit une lettre à Poutine demandant les livres de la collection Schneerson. Alors, les manuscrits sont restés dans notre bibliothèque ». Certes, ceux ci peuvent être consultés sur place mais cela ne se fait que sur demande préalable, une démarche plutôt rare.

De nombreux procès

Mais, s’il semble bien improbable que tous ces ouvrages soient jamais restitués au mouvement « habad », ce mois-ci, cette même Bibliothèque va finir de scanner et de mettre en ligne plus de 4 500 livres de la collection. « Nous n’avons plus que  10 ou 20 livres à scanner. Ils seront sur le site dans un mois », expliquait récemment, Svetlana Khvostova. La même précisait que les ouvrages consultables sur le site ont déjà été utilisés par des chercheurs hors de la Russie. Ainsi, l’Université de Columbia (à New York) mène une étude sur la circulation des premiers livres juifs, étude basée sur les inscriptions qu’ils contiennent. « Nous trouvons toujours quelque chose de nouveau dans les marges de ces ouvrages, dit encore Svetlana Khvostova. Nous y voyons des dessins d’enfants, des gribouillages et même de gens qui s’entraînent à bien écrire ».
Source : ActuJ

*Le hassidisme Haba’d ou de Loubavitch est l’une des branches principales du hassidisme contemporain.
Il est fondé au xviiie siècle par le rabbin Shneur Zalman de Liadi. Le hassidisme Habad acquiert sous l’impulsion de Menachem Mendel Schneerson, le septième et dernier rebbe de la dynastie, une importance sans précédent au sein du judaïsme orthodoxe : Habad développe des institutions dans environ 950 villes à travers le monde et, au début du xxie siècle, on estime le nombre de ces institutions à 3 300. Réparties dans 75 pays, elles fournissent des activités de sensibilisation et d’éducation pour les Juifs dans les centres communautaires juifs, les synagogues, les écoles et les camps de vacances. En 2007, 1 350 établissements ont été répertoriés dans l’annuaire Habad.

Partager :