Partager :

Spécial IsraelValley. Le 52e Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace a lieu du 19 au 25 juin 2017 au Parc des Expositions. L’un des « produits-concepts » phare d’Israël, le Dôme de fer » est visible au Salon du Bourget 2017 qui a ouvert ses portes.
Le Dôme de fer (en hébreu : כיפת ברזל, prononcé kipat barzel, largement connu sous le nom anglais : Iron Dome) est un système de défense aérienne mobile israélien, développé par la société Rafael Advanced Defense Systems, conçu pour intercepter des roquettes et obus de courte portée (Counter Rocket, Artillery, and Mortar, ou C-RAM). Le système a été créé pour faire face aux attaques de roquettes lancées depuis la bande de Gaza et le Liban en direction des villes israéliennes, et a été déployé en 2010.

Durant le conflit israélo-libanais de 2006, environ 4 000 roquettes, (la plupart de type Katioucha), furent lancées par le Hezbollah en direction des villes du nord d’Israël, dont Haïfa, troisième plus grande ville du pays.
Au sud du pays, plus de 4 000 roquettes et 4 000 obus de mortiers furent tirées de Gaza entre 2000 et 2008, principalement par le Hamas, la plupart de type Qassam mais également des roquettes Grad de plus longue portée.
En , le ministre de la Défense israélien Amir Peretz sélectionna le projet Dôme de fer comme étant la solution défensive aux attaques de roquettes. Depuis, 210 millions de dollars ont été investis en coopération avec l’armée israélienne (Tsahal).
Le dome de fer est opérationnel de jour comme de nuit, quelles que soient les conditions météorologiques, et il est capable de faire face à des attaques simultanées et nombreuses.
Le Dôme de fer est composé de trois éléments principaux :

  • un radar tridimensionnel à balayage électronique de détection et de pistage : le radar ELM-2084 est construit par la société Elta (en) et est capable, selon son constructeur, de localiser une munition tirée à plus de 100 km et suivre 200 cibles par minute ;
  • un ordinateur de gestion de bataille et d’armement (BMC : Battle Management & Weapon Control) : le système est développé par la société mPrest Systems ;
  • un lance missiles : le système lance le missile intercepteur Tamir, équipé de capteurs électro-optiques et de huit ailerons de direction permettant une haute maniabilité.

Le radar détecte les lancements de roquettes, calcule leurs trajectoires, envoie les informations à l’ordinateur central, qui les utilise pour déterminer la localisation de l’impact. Si le projectile constitue une menace, notamment s’il se dirige vers une zone peuplée, un missile d’interception est alors lancé par un tireur depuis un des trois lanceurs contenant 20 engins composant la batterie de missiles sol-air.
 

Partager :