Partager :

L’équipe marocaine a célébré mardi sa victoire contre l’Espagne à la Coupe du monde en hissant un drapeau palestinien. Après la victoire, des supporters franco-marocains sont sortis dans les rues de Paris pour faire la fête.

Une scène filmée et mise en ligne sur le compte Twitter, montre une foule en train de brûler un drapeau d’Israël, aux cris de Free Palestine, pendant ces célébrations.

L’Express : « Les supporters arabes brandissent fièrement le drapeau palestinien à Doha pendant la première Coupe du monde organisée au Moyen-Orient, une « résistance pacifique » à « l’occupation israélienne », tandis que l’Etat hébreu a appelé ses ressortissants à la discrétion ». « De nombreux Qataris, dont le pays n’entretient pas de relations officielles avec Israël, ont accroché des drapeaux palestiniens aux vitres de leurs voitures.

Dans les tribunes, certains d’entre eux arborent des brassards reprenant les motifs du keffieh, symbole de la résistance à l’occupation israélienne, tandis que des chants palestiniens résonnent dans les fan zones de Doha ».

Question posée à IsraelValley : mais qui a donc fournit aux supporters des drapeaux d’Israël? Il est assez facile de produire de manière artisanale le drapeau d’Israël. Mais un article démontre du rôle de l’Iran.

Selon (1) : « Une usine iranienne produit 2 000 drapeaux américains et israéliens par mois pour les brûler.

Les affaires sont en plein essor dans la plus grande usine de drapeaux d’Iran qui fabrique des drapeaux américains, britanniques et israéliens. Ceux-ci sont vendus aux manifestants iraniens pour qu’ils puissent les brûler en signe de mécontentement. Après l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani par les États-Unis, les tensions sont vives entre les États-Unis et la république islamique. En Iran, les protestations sont quasi quotidiennes et les manifestants mettant régulièrement le feu à des drapeaux américains ou israéliens en signe de désapprobation.

Et cette situation ne fait pas que des malheureux, puisque des entrepreneurs ont senti une opportunité commerciale. Dans l’usine de la ville de Khomein, au sud-ouest de la capitale Téhéran, des jeunes hommes et femmes impriment les drapeaux à la main puis les accrochent pour les faire sécher. La fabrique Diba Parham produit environ 2000 drapeaux américains et israéliens par mois dans ses périodes les plus chargées, et près de 1,4 million de mètres carrés de drapeaux par an ».

 

(1) rtbf.be

 

Partager :