Partager :

Netanyahu vise un accord de paix avec l’Arabie saoudite : « Nous allons étendre les accords abrahamiques, en particulier à un certain pays »

Netanyahu a été interviewé par la « Republican Jewish Coalition » qui se réunit à Las Vegas et a parlé du nouveau mandat qui est sur le point de commencer

• Sur le nucléaire iranien : « Je ferai tout pour qu’ils n’obtiennent pas l’arme nucléaire, même si cela signifie s’opposer à un président américain en exercice »

• Sur Trump : « J’ai eu le privilège de travailler avec une administration qui a accepté notre politique »

Le Premier ministre désigné Benjamin Netanyahu a laissé entendre hier soir (samedi) que l’un de ses principaux objectifs au cours du prochain mandat serait de signer un accord de paix avec l’Arabie saoudite. « Mon objectif est d’étendre les accords d’Abraham à d’autres pays, et en particulier à un pays supplémentaire », a déclaré Netanyahu dans une interview via zoom qu’il a donné à la conférence de la « Republican Jewish Coalition » (RJC) qui se réunit à Las Vegas.

« J’ai eu une chance exceptionnelle de travailler enfin avec une administration américaine dirigée par le président Trump qui était d’accord avec notre politique, et cela a conduit à quatre accords de paix. Cela s’est produit parce que nous avons contourné les Palestiniens. L’objectif est de mettre fin au conflit arabo-israélien, et les Palestiniens seront les derniers à se rendre compte qu’eux aussi doivent reconnaître un État, l’État juif », a déclaré Netanyahu.

Concernant la menace nucléaire iranienne et sa décision de s’adresser au Congrès en 2015, contrairement à la position de la Maison Blanche, il a déclaré : « Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour empêcher le régime des ayatollahs de posséder des armes nucléaires, et si cela signifie tenir bon contre une administration en place – qu’il en soit ainsi, je ne l’ai pas fait facilement, comme je l’ai décrit dans mon livre.

« Ce n’était pas une décision facile de contester la politique d’un président en exercice devant les deux chambres du Congrès. Je n’étais pas d’accord avec Obama mais je le respectais, et j’ai pris cette décision parce que je croyais alors, comme je le crois aujourd’hui, que l’accord sur le nucléaire avec l’Iran met en danger l’existence d’Israël ».

Netanyahu a affirmé que son discours au Congrès avait fait comprendre aux États du Golfe qu’il n’avait pas peur d’affronter les États-Unis sur la question iranienne, et ce fait a conduit à une série de réunions secrètes et au début d’un processus de rapprochement entre les parties, qui a finalement mûri dans les Accords d’Abraham.

 

Sur ses relations avec l’actuel président des États-Unis, il a déclaré : « Le président Biden et moi sommes amis depuis 1982, 40 ans déjà, depuis que je suis arrivé à un poste diplomatique à l’ambassade d’Israël à Washington et qu’il était un jeune sénateur du Delaware. . Nous sommes d’accord même pour être en désaccord sur certaines questions, mais ce sont des désaccords au sein de la même ‘mishpaha’ » (Netanyahu a utilisé l’expression juive pour dire famille).

« J’ai eu le privilège de travailler avec plusieurs présidents et il y a eu des désaccords occasionnels avec les présidents démocrates et républicains, mais je chéris l’alliance avec l’Amérique qui est avant tout un partenariat entre nations – la grande majorité des Américains croient qu’Israël représente des valeurs que nous partageons. Le soutien américain à Israël est stable et large, et parfois ce fait est obscurci par les positions extrêmes.

Netanyahu, qui avant l’événement a été critiqué par la gauche américaine pour sa participation à une conférence du parti qui ne représente pas les deux côtés de la carte politique, a également fait l’éloge d’Obama et a noté que malgré les différences avec lui, le président a signé un programme d’aide de 38 milliards de dollars. à Israël, qui est livré sur dix ans. « L’aide militaire américaine à Israël est profondément appréciée », a souligné le Premier ministre avec son nouveau mandat.

Partager :