Partager :

Cette semaine, une conférence internationale s’est tenue à Tel-Aviv, qui comprenait des dégustations insolites, notamment des glaces au lait de vache sans lait de vache, du poisson à base de protéines végétales, de la viande « hybride », des fromages à base de protéines en poudre, de l’omelette sans oeuf, gomme à mâcher qui réduit le besoin de manger des sucreries et plus encore.

La conférence FoodTech IL 2022 , initiée par le groupe Strauss, a présentée 70 startups israéliennes et auxquelles ont participé de grandes entreprises alimentaires internationales, telles que Nestlé, PepsiCo, des entreprises de viande du Brésil et d’Argentine et plus encore.

« Des personnes de plus de 50 pays sont venues ici, et 1 200 réunions ont eu lieu ici pendant la journée entre des startups et des investisseurs israéliens et des entreprises internationales, afin de créer des bases de collaborations dans la podtech israélienne », explique Amir Zeidman, vice-président du développement commercial chez The Kitchen, l’incubateur podtech du groupe Strauss.

De Kitchen compte 21 startups foodtech dans lesquelles elle investit, dont 16 ont participé à la conférence. « C’est un événement que nous organisons pour le bénéfice de tous – pour le bénéfice de l’ensemble de la communauté foodtech israélienne« , a déclaré Zeidman.

Diriez-vous qu’Israël est un leader dans ce domaine ?

Zeidman : « Définitivement, Israël a une communauté d’entrepreneurs fous. La Foodtech est un domaine qui consiste à faire du bien à l’environnement, à la société, à la nutrition. L’objectif est de résoudre les problèmes que l’élevage créé pour l’environnement, avec tous les substituts et les protéines alternatives , ou de développer des aliments moins nocifs et plus sains – moins de sucre , moins de conservateurs, etc.

Un tel domaine, de faire quelque chose de réel pour le bien du monde, attire les entrepreneurs. Et quand il y a de l’argent, les entrepreneurs viennent établir leur startups dans ces domaines. »

La société Strauss est connue pour ses produits laitiers et ses chocolats,
n’êtes-vous pas en train de scier la branche sur laquelle vous êtes assis ?

« Non. Absolument pas. Je pense que Strauss a une stratégie claire pour promouvoir les solutions du futur. Traiter ce domaine, celui de l’innovation pour un avenir meilleur, occupe une place de plus en plus importante dans l’agenda de Strauss. »

Parmi les dégustations sur les étals, s’est démarquée l’absence de la viande de culture, dont on parle depuis plusieurs années, et qui devrait apporter la plus grande nouveauté au domaine.

« Ça arrive », dit Zeidman en réponse à ma question. « Des entreprises comme Aleph Farms et Future Meat tout ce qui les empêche d’avoir la viande cultivée dans l’assiette, ce sont les approbations réglementaires.

Plusieurs pays dans le monde font pression pour approuver ces produits – le premier est Singapour, où vous pouvez déjà goûter des plats de poulet de culture, le second c’est les USA et le troisième c’est Israël.

« Je ne sais pas si les États-Unis vont rattraper Israël ou l’inverse, mais il y a un effort dans ces deux pays pour rendre possible la vente et la production de produits carnés de culture. Là où il est approuvé – il y aura des usines, où l’industrie sera créée. La première priorité du ministère de la Santé est la santé publique, ils ne peuvent pas simplement approuver, mais ils comprennent que pour que l’industrie reste en Israël, ils doivent trouver un moyen de l’approuver. Et ils font des efforts. »

Quel sera le prix de la viande de culture au début ?

« Cela commencera à un prix comme celui de la viande chère, environ 100 dollars, 150 NIS, quelque chose comme ça. Ce sera un peu cher au début, mais pas hors de portée, comme les gens sont prêts à payer pour un repas cher. petit à petit, plus il y aura de masse dans la production, plus les prix baisseront. » .

« Ça ouvre un besoin, ça m’évite d’être malade tous les lundis et jeudis »

Sur l’un des stands de l’événement, nous avons rencontré Maya Utmazgin Ashkenazi, 31 ans, PDG et associée fondatrice de l’entreprise Maolac , qui produit du « lait maternel » pour adultes.

La technologie développée par l’entreprise imite les bienfaits du lait maternel en utilisant plus de 1 500 protéines fonctionnelles pour enrichir les aliments. Sur son stand les invités pouvaient prendre des échantillons de crème pour les mains, de collations santé, d’une gourde, d’oursons en gélatine et de chocolat noir, qui contiennent tous des protéines qui simulent le lait maternel. .

Maolac , qui est né dans l’incubateur de la foodtech Strauss, identifie et extrait les protéines fonctionnelles du colostrum des vaches après le vêlage (qui n’est pas utilisé et est jeté) et est également le premier au monde à créer à partir du colostrum des vaches des protéines qui sont à 95% similaires aux protéines du lait 

« Si le lait contient toutes les protéines qui sont responsables de tout dans notre corps – le système immunitaire, l’apparence de notre peau, les ongles, les cheveux, le système digestif, la cognition, tout est là, alors il devrait prendre soin d’un bébé sans défense.

« Nous sommes la première entreprise à identifier les 1 500 protéines actives dans le lait maternel. Nous avons construit un programme informatique, et nous trouvons ces protéines à un niveau de similitude de 95 % dans le colostrum de vache, et produisons des poudres de protéines actives avec une multitude d’indications. Otmazagin Ashkenazi explique que les protéines sont intégrées dans différents produits, sans effet sur la couleur, la texture ou le goût.

Pourquoi pas sous forme de vitamines ?

Otmazgin Ashkenazi : « Parce qu’il faut consommer beaucoup de vitamines et sur une longue période de temps, jusqu’à ce que vous voyiez un effet. Ici, nous avons des protéines actives avec un niveau de similitude biologique si élevé que vous obtenez un produit efficace, précis et agit immédiatement à faible dose. »

Quand le verra-t-on dans les rayons en Israël ? Selon Utmazgin Ashkenazi, fin 2023 par le biais de certaines entreprises alimentaires bien connues. « il fera son entrée dans les supermarchés – dans les pâtes, les glaces, les boissons et le pain. C’est la prochaine génération de vitamines et de minéraux. » L’entreprise compte 12 employés, une usine de fabrication à Tirat Carmel et une succursale aux États-Unis, et elle a reçu l’approbation de la FDA.

Elle-même est mère de deux enfants, 4 ans et demi et 3 ans et demi. « Toute cette histoire est une dépression post-partum classique – quand j’ai allaité les bébés et que je ne comprenais pas ce que je faisais de ma propre vie. J’ai allaité jusqu’à environ l’âge de huit mois, un an, et un jour ils m’ont tous les deux abandonné, ils ont dit : ‘Eh bien, nous n’avons plus besoin de toi' ».

Utilisez-vous vos produits ?

« Bien sûr. Ça soulage un besoin, ça me sauve. J’ai des problèmes digestifs, une forte tendance à l’immunodéficience, c’est mon seul moyen de ne pas être malade toutes les semaines. »

1.alliancefr.com

Partager :