Partager :

Une étude menée sur un échantillon de 10 000 hommes israéliens révèle que l’insatisfaction dans le mariage est un prédicteur d’accident vasculaire cérébral et de décès prématuré, tout autant que le tabagisme et la sédentarité.

Les hommes qui pensent que leur mariage est un échec ont un risque plus élevé d’AVC et de décès prématuré, tout autant que les facteurs de risque bien connus tels que le tabagisme et le manque d’activité physique.

C’est la conclusion d’une analyse statistique de nombreuses données sur la santé provenant d’une étude entamée il y a 32 ans sur la santé et le comportement de 10 000 employés masculins de l’État israélien. Au début de l’étude, la plupart des participants étaient âgés d’une quarantaine d’années. Depuis lors, 64% d’entre eux sont morts de diverses maladies.

Au début de cette étude, les participants ont été invités à classer leur niveau de satisfaction conjugale sur une échelle de 1 (très réussi) à 4 (non réussi).

Les résultats, publiés dans le Journal of Clinical Medicine, ont montré que cette échelle était un puissant facteur prédictif de l’espérance de vie.

Par exemple, le nombre de personnes décédées d’un AVC était 69% plus élevé parmi ceux qui ont classé leur satisfaction conjugale comme un échec par rapport à ceux qui en étaient très satisfaits.

Au cours des 30 dernières années, il y a eu 295,3 décès pour une raison quelconque parmi les mariés malheureux contre 248,5 parmi les mariés très heureux. Les chercheurs ont noté que la différence était encore plus importante chez les hommes âgés de moins de 50 ans au début de l’étude.

Une analyse statistique de tous les facteurs de risque connus contribuant au décès par maladies cardiovasculaires, tels que le diabète, l’hypertension, un IMC excessif et le statut socio-économique, a révélé que le risque relatif de décès pour une raison quelconque était plus élevé chez les hommes mariés malheureux que chez les hommes mariés heureux.

L’étude a été menée par des chercheurs de l’École de santé publique de l’université : le professeur Uri Goldbort du département d’épidémiologie et de médecine préventive ; Shahar Lev-Ari, chef du département de la promotion de la santé ; et Yiftah Gapner du département d’épidémiologie et de médecine préventive.

Shahar Lev-Ari a résumé : « Notre étude montre que la qualité du mariage et de la vie familiale a des implications sur la santé pour l’espérance de vie. Les hommes qui ont déclaré qu’ils percevaient leur mariage comme un échec sont décédés plus jeunes que ceux qui ont vécu leur mariage comme un grand succès… Ces résultats étaient cohérents avec d’autres études qui ont montré l’efficacité des programmes éducatifs favorisant de bons partenariats de vie dans le cadre d’une stratégie nationale de promotion de la santé et du bien-être.

Source : Israel21c

Sélection de Judith Douillet pour Alliance magazine juif

Partager :