C’Israël. De la kippa à la croix. Gad Elmaleh, dans son dernier film, il se convertit au catholicisme.

Par |2022-11-10T09:12:09+01:0010 Nov 2022|Catégories : CULTURE|
Partager :

Dans « Reste un peu », Gad Elmaleh joue un homme de confession juive qui se convertit au catholicisme. Le film a peu de chances d’être une réussite commerciale en Israël.  Dans l’Etat hébreu on ne joue pas facilement avec la conversion, même si les cinéastes israéliens explorent tous les thèmes possible et imaginables.  Ceci dit, le site JewBuzz (à voir absolument dans Instagram) dédramatise cette promotion de film.

POUR ALLER PLUS LOIN (1). LE PLUS. Jean-Marie Elie Setbon a gardé la flamme du rabbin ultra-orthodoxe qu’il était. «Converti» au catholicisme en 2008, il a témoigné de son expérience lors du festival Prier-Témoigner, le 8 novembre 2014. De la kippa à la croix, le changement est substantiel. Le Christ n’accomplit pas la foi juive, il la modifie puisqu’il se substitue au respect de la loi pour tisser un lien qui unit l’homme à Dieu. Interview.

Vous êtes passé du judaïsme au christianisme. Est-ce une conversion ou un accomplissement?

Une conversion! Le cardinal Lustiger avait utilisé le mot d’»accomplissement», mais il n’est pas une référence absolue. Le vocabulaire biblique est clair: Jésus demande aux Juifs de se convertir et de se repentir. Dans les Actes des Apôtres, Pierre demande également la conversion à «ceux qui ont crucifié le Christ» – une conversion au sens biblique du terme: un retournement total.

Pour autant, je n’abandonne pas ce que je suis. Pour prendre une image, l’Ancien Testament c’est la mère; le nouveau, le fils. Le fils sera toujours fils, il ne reniera jamais sa mère, mais, pour qu’une réalité nouvelle advienne, il faut qu’il coupe le cordon.

Je peine donc à concevoir le dialogue judéo-chrétien tel qu’il se pratique aujourd’hui. Au fond, il ne s’agit pas de dialoguer, mais de convertir.

Dès lors, selon vous, qu’est-ce que le christianisme ajoute au judaïsme?

Ce n’est pas le christianisme qui ajoute quelque chose au judaïsme, mais le Christ. Il ajoute la filiation divine. La grande différence entre le judaïsme – et même l’islam – et le christianisme, c’est que la relation à Dieu n’est pas médiatisée par la mise en pratique d’une loi, mais par une personne. Par le Christ, nous sommes réellement enfants de Dieu et, sans lui, c’est impossible.

La foi catholique est radicalement différente de la foi juive. La foi juive consiste à croire en un Dieu créateur et se lier à lui par la pratique de la loi. La foi catholique est plus que cela. Elle est une vertu théologale qui met l’homme en relation avec Dieu. Croire c’est entrer en relation avec Dieu, tandis que dans le judaïsme cette relation passe irrémédiablement par la loi de Moïse.

La confiance en Dieu constitue la trame de cette édition de Prier-Témoigner. En quoi la relation à Dieu que vous évoquez est-elle source de confiance?

C’est simple: avoir confiance en Dieu c’est oser être soi-même. Un chrétien ne peut pas avoir confiance en lui-même s’il oublie qu’il est né de Dieu. Il doit choisir le «lieu» où il va vivre. Cette confiance n’est pas une confiance humaine, elle est surnaturelle. Elle prend racine dans l’incarnation qui nous donne de devenir «enfants de Dieu». C’est une réalité plus vaste que la rémission des péchés. Savoir que l’on a un Père éternel, nous permet d’oser être nous-mêmes. Nous ne vivons plus en fonction des autres, mais en enfants de Dieu. (apic/pp) (1) © Agence de presse internationale catholique (apic), 09.11.2014

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

 

SELON (A) : « Une décision qu’il dissimule à ses parents, Régine et David, qui finissent toutefois par le découvrir. Le film, qui sera dans les salles obscures le 16 novembre, est « le plus intime, le plus personnel » de la filmographie du comédien, a-t-il annoncé sur Instagram. Et à l’approche de la sortie de son film au cinéma, Gad Elmaleh assure la promotion bien accompagné : en effet, les membres du clan Elmaleh, qui joue leurs propres rôles dans Reste un peu, étaient dans C à Vous pour une apparition télévisée… en famille !

Gad Elmaleh a raconté sur le plateau de France 5 ce mercredi la réaction de sa mère le jour où il lui a annoncé se convertir au catholicisme. Dans le film, Régine Elmaleh dit en repas de famille, après avoir trouvé une vierge dans sa chambre, qu’il « renie ses origines » en « changeant de Dieu, tu changes de famille ». « Ma mère joue bien car elle joue une réplique qu’elle invente et improvise et qui est vraiment la continuité de sa pensée et de son sentiment sur le détournement du judaïsme », soutient Gad Elmaleh.

« Ma mère est une voie à ce que beaucoup dans la communauté juive pensent et craignent, confie-t-il. C’est un séisme. Et ma mère pense comme vous, elle a peur. Je suis séchée en vrai. Elle invente cette réplique sur un tournage. Je suis complètement séchée. 

En 2014 déjà, Gad Elmaleh faisait sourire le public avec son spectacle dans lequel il se « moque avec humour et affection » des religions. Et dans son dernier spectacle, il a choisi d’aborder ce thème à nouveau. « Dans mon spectacle, je fais une spéciale dédicace aux protestants en disant que je les respecte beaucoup, car ce sont des catholiques qui se sont mis à leur compte », a-t-il ajouté avec humour. Et de conclure qu’il est « fasciné » par les gens athées parce que, « croire en rien tous les jours, il faut avoir de la foi ».

Gad Elmaleh est papa de deux garçons : Noé et Raphaël, âgés respectivement de 22 ans et 8 ans. Le premier est issue de sa relation avec l’actrice Anne Brochet, et le petit dernier est le fruit de son amour pour Charlotte Casiraghi, membre de la famille royale de Monaco. Une idylle très médiatisée, qui s’est terminée en 2015. La jeune femme retrouvera l’amour dans les bras de Dimitri Rassam, avec qui elle aura en 2018 un autre fils, prénommé Balthazar ».

(A) SOURCES. closermag.fr/

Partager :

Partager cet article, Choisissez votre plateforme !

Aller en haut