Partager :

Déclaration de Naftali Bennett, ex-PM : »Nous avons empêché la signature d’un accord nucléaire avec l’Iran, nous avons bloqué l’ouverture d’un consulat « des États-Unis » dans la partie orientale de Jérusalem[pour les Palestiniens], nous avons apporté, pour la première fois depuis de nombreuses années, le calme aux résidents frontaliers de Gaza, nous avons vu de nombreux chômeurs retourner au travail, et nous avons adopté avec succès un budget caractérisé par des réformes économiques », a-t-il mentionné ».

LE PLUS. EN NOVEMBRE 2021. En dépit d’une coalition ultra-fragile, le gouvernement de Naftali Bennett a réussi à faire voter son budget par la Knesset, le premier depuis trois ans. Cela va lui permettre de mettre en place des réformes et le met à l’abri d’une crise politique majeure, tout au moins dans l’immédiat.I

Le budget 2022 doit être voté dans la foulée, vendredi matin.
Le budget 2022 doit être voté dans la foulée, vendredi matin. (AHMAD GHARABLI/AFP)

Par Catherine Dupeyron

Publié le 4 nov. 2021.

L’épée de Damoclès, qui menaçait l’existence du gouvernement de Naftali Bennett depuis sa mise en place en juin dernier, a été levée ce jeudi à l’aube. A 5 h 30 du matin, après une nuit entière de débats, la Knesset a voté le budget 2021 par 61 voix contre 59 un budget de 609 milliards de shekels (168 milliards d’euros) avec un déficit de 6,8 % du PIB.

Ce vote devait impérativement avoir lieu avant le 14 novembre. A défaut, la Knesseth aurait été dissoute et de nouvelles élections auraient été programmées pour février. Le calendrier parlementaire avait été fixé de façon à pouvoir colmater des brèches au cas où le vote d’un député aurait fait défaut dans cette coalition qui n’a qu’une voix de majorité. Mais, cela n’aura pas été nécessaire et la coalition a gagné son pari avec 10 jours d’avance.

 

Partager :