Partager :

Pour la célébration de la fête de Souccot cette année, les juifs d’Israël vont utiliser des étrogs marocains. Une grande quantité de ce fruit a été acheminée en Israël, en raison des restrictions liées à la loi juive et grâce à la normalisation des relations entre les deux pays.

L’étrog est l’une des quatre espèces qui constituent le bouquet utilisé par les Juifs pendant la semaine de Souccot qui se poursuit jusqu’à dimanche prochain. Normalement, le fruit est produit localement en Israël, mais cette année l’accès est difficile à cause de la loi juive, rapportent les sources locales.

 

Ce texte interdit en effet, le travail du sol en terre d’Israël après l’année shmita. La dernière année juive qui s’est terminée avec Roch Hachana était une année shmita, ce qui signifie qu’aucun etrog n’a été cultivé en Israël pour la fête de Souccot de cette année.

Conséquence, les Juifs d’Israël ont eu recours à l’étrog cultivé dans des villages situés dans les montagnes de l’Atlas autour de la ville balnéaire d’Agadir au Maroc. Cet échange a été rendu possible grâce à la normalisation des relations, il y a deux ans entre les deux pays, soulignent les mêmes sources.

Exprimant sa joie, Hervey Levy, exploitant juif à Agadir a déclaré : « avant l’accord, nous devions toujours vendre via un pays tiers », précisant que « cela pourrait être la Turquie, cela pourrait être l’Espagne, cela pourrait être l’Italie – cela devait transiter quelque part. »

bladi.net/

Partager :