Partager :

Un groupe d’adolescents bédouins de la région du Néguev a développé cet été, dans le cadre d’un nouveau programme de formation technologique spécialement conçu pour les jeunes Bédouins, une application de bus « Bedouin Moovit », un nanodispositif pour suivre la santé des plantes et un bracelet intelligent qui aide les personnes souffrant de déficience visuelle à éviter les obstacles.

Plus d’une dizaine d’adolescents bédouins ont été sélectionnés pour participer à ce stage de cinq semaines, baptisé « Digital Tent », fruit d’une collaboration entre le Massachusetts Institute of Technology, l’université Ben-Gurion du Néguev et Siraj, une organisation à but non lucratif dont l’objectif est d’intégrer les membres de la communauté bédouine dans le célèbre secteur israélien de la haute technologie, où les salaires sont très élevés.

L’industrie technologique israélienne se compose essentiellement d’hommes juifs laïcs ayant servi dans l’armée israélienne, tandis que les femmes et les membres des communautés ultra-orthodoxes et arabes sont largement sous-représentés. La population bédouine d’Israël compte environ 200 000 personnes et fait partie de la minorité arabe d’Israël, qui représente elle-même environ 20 % de la population totale, mais seulement 3,5 % de la main-d’œuvre technologique.

Minorité au sein d’une minorité, les communautés bédouines font partie des groupes les plus défavorisés du pays et leurs infrastructures, telles que les systèmes d’approvisionnement en eau, les réseaux électriques et les routes, font l’objet de défaillances chroniques. Elles n’ont pas non plus accès à un enseignement ni à des soins de santé de qualité et se classent souvent au bas de l’échelle socio-économique des localités israéliennes. La plupart vivent dans la région du Néguev, dans des villes et des villages, dont certains ne sont pas reconnus par l’État. Un rapport cinglant du contrôleur d’État publié l’année dernière indique que les communautés bédouines du sud vivent avec un manque alarmant de services et de gouvernance et blâme l’État, en partie.

Siraj, qui signifie « source de lumière » en arabe, a été fondée en 2017 par des entrepreneurs et des universitaires israéliens pour exposer les adolescents et les jeunes bédouins aux technologies avancées et susciter leur intérêt pour des domaines tels que la programmation et le développement de logiciels. L’organisation a depuis lancé Siraj Technologies, une société sœur qui propose des solutions dans l’espace de l’Internet des objets (Internet of Things ou IoT) et offre des opportunités d’emploi aux diplômés universitaires bédouins.

En collaboration avec le MIT et l’université Ben-Gurion, les organisations ont créé Digital Tent avec un premier stage de formation l’été dernier, qui s’est achevé le mois dernier. Le programme a bénéficié à 17 adolescents et jeunes Bédouins, âgés de 16 à 20 ans, qui ont été sélectionnés pour leurs aptitudes mathématiques et leurs compétences entrepreneuriales. Ils ont suivi des cours sur les langages de programmation, la gestion de projet et la gestion de produit et ont été dirigés par un diplômé en informatique du MIT, basé à Londres, qui travaille actuellement au laboratoire d’urbanisme de l’université Ben-Gurion.

fr.timesofisrael.com

 

Partager :