Partager :

L’hiver européen à venir sera l’une des périodes les plus incertaines pour l’industrie de la pomme de terre, avec une grande incertitude quant aux volumes locaux qui seront disponibles et à la quantité d’importations qui pourraient être nécessaires en provenance d’un pays comme Israël.

C’est ce qu’affirme Eitan Botzer, directeur général d’Atzmona Potatoes Production L.T.D, l’un des principaux fournisseurs israéliens de pommes de terre conventionnelles et biologiques.

« Nous venons de rentrer de PotatoEurope où nous avons entendu des tendances sur la mauvaise situation en Europe en ce moment. Les choses ne sont pas claires, la situation est beaucoup plus compliquée que cela. Nous avons vu des démonstrations de moissonneuses dans des champs de pommes de terre où l’on peut voir qu’aucun tubercule de plus de 60 mm n’a été trouvé dans le sol. Peut-être que l’Europe sera pleine de tubercules de 40 à 60 mm. Ce n’est peut-être pas si mal. »

« D’une part, les chiffres des pays d’Europe occidentale indiquent que le volume des hectares a augmenté de 2 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années, mais d’autre part, on estime que les rendements seront inférieurs de 9 % à ceux de l’année dernière. Cela signifie qu’il y aura environ 2 millions de pommes de terre en moins en moyenne. La demande est également plus faible, ce qui signifie qu’il y aura un équilibre et donc pas de grand besoin d’importation de pommes de terre », explique M. Botzer.

Il souligne que, bien que les producteurs de pommes de terre israéliens soient toujours prêts à aider les acheteurs européens, l’augmentation des coûts de la main-d’œuvre, de l’eau, de l’énergie et des engrais a considérablement réduit leurs marges. La force du shekel israélien par rapport au dollar et à l’euro est également un problème et érode la valeur pour les exportateurs.

« Toutes ces augmentations de coûts signifient que, selon la variété cultivée, il n’y a pas de marge. Au début de cette saison, certains de nos clients payaient 70 ou 80 € de plus pour les mêmes pommes de terre. Pour les saisons 2021 et 2022, nous avons bien commencé, les prix ont augmenté, mais sont devenus dévastateurs à la fin. »

« Les clients vont répercuter la situation sur les supermarchés également. Si des importations en Europe sont nécessaires, les prix devront augmenter pour couvrir nos coûts. Les producteurs locaux à travers l’Europe, subissent également une augmentation des coûts supplémentaires, notamment en France, en Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas, etc. »

« Au Royaume-Uni et dans certaines régions d’Europe, les fermetures dues à la pandémie ont modifié le comportement des consommateurs. Les gens recherchent la commodité de la livraison de repas rapides. Les gens ne font plus l’effort de se rendre dans un supermarché pour acheter les matières premières nécessaires à la préparation d’un repas. Tout cela entraîne une baisse de la demande. »

« Toutefois, dans certains pays comme l’Italie et l’Espagne, on observe une tendance différente, qui peut représenter une opportunité. En Espagne, ils ont besoin de pommes de terre israéliennes très tôt. Je sais qu’ils ont de bons stocks, mais à un moment donné, la qualité des produits baisse alors que les coûts de stockage sont au plus haut. C’est pourquoi nous pouvons envoyer des exportations vers l’Espagne et l’Italie de mi-février à début avril. Il y a aussi une pénurie de pommes de terre en Europe de l’Est, tout le monde en aura besoin à cause du conflit de la Russie en Ukraine », a conclu M. Botzer.

Source : Freshplazza

Partager :