Partager :

Le ministère de l’Environnement a présenté jeudi son cinquième acte d’accusation en sept ans contre la plus grande raffinerie de pétrole d’Israël pour pollution atmosphérique et violation de son permis d’émission.

Les chefs d’accusation portent sur la société Bazan, ainsi que sur Yariv Gertz, vice-président au moment des violations présumées, et Udi Yaakov, alors directeur des opérations de Bazan.

Ils portent sur 15 incidents de non-respect des émissions autorisées dans 10 installations au cours de l’année 2017 et sur le fait que l’entreprise n’a pas procédé à un échantillonnage des cheminées comme l’exige le ministère.

Il s’agit de la cinquième série de procédures pénales engagées par le ministère contre Bazan depuis 2015.

Bazan occupe plus de 2 km2 dans la baie de Haïfa, à proximité d’une des régions les plus peuplées du nord d’Israël. Sa raffinerie importe du pétrole brut pour fabriquer une gamme de produits raffinés (distillats) destinés à l’industrie, aux transports et à l’agriculture. Ses filiales fabriquent des produits allant du bitume pour les revêtements routiers aux cires, huiles, lubrifiants et polymères.

Au cours des cinq dernières années, les affaires portées devant les tribunaux par le ministère ont abouti à des condamnations et à des amendes d’un montant total de 2,7 millions de shekels à l’encontre de la société et de ses responsables pour avoir pollué l’air et violé les permis d’émission, pollué les rivières, et pour des infractions découvertes lors d’une enquête sur l’incendie d’une usine.

TIMES OF ISRAEL. COPYRIGHTS.

Partager :