Partager :

Le projet architectural du nouveau Musée de l’Holocauste de Montréal, qui sera situé au 3535, rue Saint-Laurent, près de Prince Arthur, a été dévoilé la semaine dernière lors d’un événement au Centre Gelber.

De nombreuses personnes étaient présentes, dont le consul général d’Israël, Paul Hirschson, et le député de Mont-Royal, Anthony Housefather. Le ministre du Patrimoine canadien, Pablo Rodriguez, a présenté un message vidéo. L’événement comprenait également une présentation détaillée des architectes et des universitaires impliqués en tant que conseillers, notamment Robert Jan van Pelt, professeur d’architecture à l’Université de Waterloo, et Sherry Simon, professeur distingué de recherche universitaire à l’Université Concordia.

La construction du nouveau centre devrait commencer à l’automne 2023 et l’ouverture au public est prévue pour 2025. Les projets, créés par KPMB Architects et Daoust Lestage Lizotte Stecker Architecture, ont été choisis à l’issue d’un concours international d’architecture.

Un communiqué du MHM indique que « fondé sur les piliers de la mémoire, de l’éducation et de la communauté, le nouveau bâtiment remarquable contiendra plusieurs espaces d’exposition, des salles de classe, un auditorium, un jardin commémoratif et une salle dédiée aux témoignages des survivants ».

Le musée quitte son emplacement actuel de Côte Sainte-Catherine à Côte des Neiges « en réponse à la demande croissante pour ses programmes éducatifs sur l’Holocauste, le génocide et les droits de l’homme ». Face à une montée du racisme, de l’antisémitisme et de la discrimination, le nouveau MHM aura un impact plus large en galvanisant les communautés à travers le Québec et le Canada pour combattre toutes les formes de haine et de persécution. »

Au cours de l’événement, il a été annoncé que la campagne de financement « Le musée donne sa voix » du MHM « a permis de recueillir 85 millions de dollars sur les 90 millions du projet grâce aux généreuses contributions de Patrimoine Canada (20 millions), du ministère de la Culture et des Communications du Québec (20 millions), de la Ville de Montréal (1,5 million), de la Fondation Azrieli (15 millions) et de nombreux donateurs privés. Le public est encouragé à contribuer à la campagne et à joindre sa voix à celle du musée. »

Stephanie Azrieli, accompagnée de sa fille Sharon Azrieli, a souligné que son défunt mari David était un survivant de l’Holocauste et qu’il a combattu pendant la guerre d’indépendance d’Israël.

« Lorsqu’il a créé la Fondation Azrieli en 1989, sa mission philanthropique était de redonner », a déclaré Stephanie Azrieli. « Une partie de cette mission consistait à s’assurer que l’Holocauste ne serait jamais oublié. À cette fin, il a créé le programme Mémoires des survivants de l’Holocauste….. L’objectif du MHM est de continuer à fournir une éducation de haute qualité tout en se souvenant toujours de ceux qui ont vécu l’Holocauste, et ce faisant, ce musée contribuera à sauvegarder la liberté dont nous jouissons tous au Canada. »

Source : The Suburban & Israël Valley

 

Partager :