Partager :

Les demandes d’alyah ont explosé après l’annonce de Poutine de mobiliser 300 000 réservistes pour l’Ukraine

Des responsables israéliens ont participé jeudi à une réunion d’urgence pour se préparer à une éventuelle vague d’immigration en provenance de Russie, après l’annonce, mercredi, du président Vladimir Poutine, de la mobilisation de 300 000 soldats supplémentaires pour la campagne en Ukraine.

La ministre de l’Immigration et de l’Intégration, Pnina Tamano-Shata, a fait état d’une forte augmentation des demandes d’immigration émanant de la Russie et a déclaré qu’elle suivait de près la communauté juive de ce pays.

« Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour les aider à nous rejoindre ici en Israël en toute sécurité, malgré tous les défis qui se dressent sur leur chemin en ce moment », a-t-elle déclaré au site d’information Ynet.

« Mon ministère se prépare à une intégration massive d’immigrants », a-t-elle ajouté.

Lors de la réunion de jeudi, de hauts responsables du ministère de l’Alyah et de l’Intégration, du ministère des Affaires étrangères et du Trésor ont discuté de l’allocation de budgets, l’organisation de vols, ainsi que des options de logement.

Tamano-Shata a également discuté directement avec le ministre des Finances Avigdor Lieberman pour évoquer de potentielles sources de financement.

Israël a déjà connu une augmentation significative de l’alyah depuis le début de l’année, largement alimentée par les Ukrainiens et les Russes qui ont cherché à fuir le conflit, commencé le 24 février dernier.

Après l’annonce de la mobilisation décidée par le Kremlin, de nombreux Russes ont cherché à fuir le pays, mais les prix des vols vers des destinations proches ont grimpé en flèche et des files d’attente importantes ont été signalées aux postes-frontières terrestres.

Le prix de certains vols reliant Moscou à Tel-Aviv aurait même atteint la somme de 5 000 euros dans la journée.

Vladimir Poutine a ordonné cette mobilisation risquée après les revers humiliants subis par ses troupes près de sept mois après le début de l’invasion de l’Ukraine. Cette décision a ravivé les tensions avec les partisans occidentaux de l’Ukraine, qui l’ont qualifiée d’acte de « faiblesse et de désespoir ».

SOURCES ET COPYRIGHTS. I24NEWS.

Partager :