Partager :

Les israéliens ne sont pas aussi enthousiastes à crier leur amour pour le Reine d’Angleterre, morte cette semaine. La raison?

Selon (1) : « Le long refus de la famille royale d’entreprendre une quelconque visite officielle en Israël a irrité de nombreux politiciens israéliens et membres de la communauté juive britannique, la famille royale n’ayant pas eu ce genre de préventions avant de se rendre dans des monarchies autoritaires telles que l’Arabie saoudite ou le Qatar.

Jonathan Arkush, ex-président du Conseil des Représentants des Juifs britanniques, déclarait au Times of Israel en 2016 que la communauté juive britannique avait fait campagne pour que s’organise une visite royale officielle en Israël car il n’était « pas temps. Il était plus que temps. »

Un responsable du gouvernement britannique déclarait au Telegraph, en 2015, sous couvert d’anonymat, que « tant qu’il n’y aurait pas de règlement de la question entre Israël et l’Autorité palestinienne, la famille royale ne pourrait pas vraiment s’y rendre ».

Bien que de nombreux dirigeants britanniques – et même des Premiers ministres – se soient rendus en Israël à maintes reprises, le responsable assurait qu’ « il était préférable d’éviter toute complication en ne s’y rendant pas ».

Malgré ce camouflet, la reine entretenait de bonnes relations et pouvait compter sur la loyauté des Juifs britanniques. Elle s’est entretenue avec nombre de dignitaires israéliens qu’elle a reçus au cours de son long règne.

En 1972, les Juifs britanniques se sont engagés à ce que soient plantés un million d’arbres en Israël en l’honneur des 25 ans de mariage de la reine avec le prince Philip.

Alors même que la famille royale se refusait à toute visite officielle en Israël, la reine accueillait de nombreux dirigeants israéliens, a commencer par le président de l’époque, Ephraim Katzir, en 1976.

En 2008, à l’invitation du gouvernement britannique, le président Peres a été fait chevalier par la reine Elizabeth.

En 1996, lors d’une visite en Pologne, la reine Elizabeth a été critiquée pour ne pas s’être rendue au camp de concentration d’Auschwitz. A la toute dernière minute, elle s’est rendue au mémorial juif d’Umschlagplatz, à Varsovie, où les Juifs ont été rassemblés avant d’être conduits au camp d’extermination de Treblinka. Elle y a déposé une couronne.

Ce n’est que vingt ans plus tard qu’elle s’est effectivement rendue dans un camp de concentration.

Lors de son tout dernier voyage officiel à l’étranger, en 2015, la reine Elizabeth s’est rendue en Allemagne, faisant étape à Berlin, Francfort et Celle. Il s’agissait là de sa cinquième visite d’Etat en Allemagne, et ce fut l’occasion d’une première visite dans un camp de concentration. Elle déposa une couronne à Bergen-Belsen et rencontra des survivants de la Shoah.

Après avoir écouté leur histoire, elle répondit : « Cela a dû être horrible. »

(1) TIMES OF ISRAEL. COPYRIGHTS.

Partager :