Partager :

SUR I24NEWS. COPYRIGHTS. « Trop de fausses informations circulent sur les réseaux sociaux concernant le crime ».

Suite au meurtre d’Eliyahou Haddad, un homme de confession juive tué à la hache en région parisienne, l’avocat de la famille, Maître Elie Korchia, s’est exprimé dans les GGMO sur i24NEWS.

Après avoir souligné que l’émoi de la communauté juive autour de ce crime particulièrement violent était tout à fait justifié, l’avocat a toutefois appelé à la prudence face aux fausses informations circulant sur les réseaux sociaux. « Les informations qui sont diffusées, surtout lorsqu’elles sont fausses, ne rendent pas service à la justice et encore moins à l’avocat de la famille de la victime que je suis », a-t-il dit, insistant pour rétablir les faits.

Confirmant que le meurtre avait été commis avec une hache et un couteau, Maître Elie Korchia a ainsi précisé que le corps de la victime n’avait pas été brûlé, contrairement à ce que l’on a pu lire ici ou là. « Le crime est déjà suffisamment atroce. Pourquoi en rajouter et aller inventer que le corps a été brûlé, alors que ce n’est pas le cas ? », s’est interrogé l’avocat, qualifiant ces mensonges de « graves ».

« Il s’agit de respecter la famille, déjà confrontée à des éléments très difficiles, mais aussi le travail des enquêteurs », a-t-il ajouté.

Au nombre de ces fausses informations figurent également les propos attribués au suspect lors de sa garde à vue et relayés dans les médias. « Le suspect n’a jamais dit qu’il avait tué Eliyahou Haddad parce qu’il était juif ou qu’il lui devait 100 euros. C’est absolument faux », a assuré l’avocat. « Laisser circuler ce genre d’informations n’est pas bien et n’est pas utile à la vérité », a-t-il poursuivi.

Maître Korchia a en revanche souligné que la photo du suspect brûlant un drapeau israélien trouvée sur son compte Facebook existait bel et bien, et que c’était un élément sur lequel les enquêteurs se penchaient actuellement. « Certains posts du suspect ne peuvent qu’interpeller sur le facteur aggravant d’antisémitisme relatif au crime », a assuré Elie Korchia.

Alors que le procureur de la République a déclaré dans un communiqué que le caractère antisémite n’était pas retenu à ce stade de l’enquête, l’avocat de la famille de la victime a souligné que ce dernier se réservait toutefois la possibilité d’élargir par la suite l’instruction si les éléments retenus par les enquêteurs attestaient de la personnalité antisémite du suspect.

Tribune Juive (Copyrights). « J’ai appris voilà quelques jours via un communiqué du Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) l’assassinat – le 20 août dernier à Longperrier (Seine et Marne)-, d’Eyal Haddad, 34 ans, juif tunisien originaire de Djerba, par son voisin Mohamed Dridi.

Mohamed Dridi a “fracassé le crâne de sa victime au moyen d’une hache, puis il a brûlé son visage et aurait même commencé à enterrer le corps”.

Sébastien Sellam, Sarah Halimi, Mireille Knoll, Jonathan Sandlers, Myriam Monsénégo… pour ne citer qu’eux…

Cet assassinat vient s’ajouter à la longue et terrible liste des crimes antisémites commis par des jeunes d’origine nord-africaine ou subsaharienne- et qui secouent régulièrement la France depuis un peu plus de 20 ans maintenant.

Le silence assourdissant des médias et des politiques et le laxisme de certains magistrats, au nom de la fameuse paix sociale ou de la course aux voix, et que l’on pourrait légitimement considérer comme de la complicité avec les auteurs de ces crimes, vient aggraver le sentiment d’insécurité des Juifs vivant encore en France.

Mais est-il seulement possible un jour de délaver les cerveaux de ces milliers de jeunes biberonnés par les médias panarabistes et les associations/organisations/mouvements islamistes à la haine du Juif ?

En attendant c’est paradoxalement dans certains pays musulmans comme le Maroc ou la Tunisie que les minorités juives vivent plus en sécurité que dans des pays européens comme la France et la Belgique.

Car dans ces pays-là, si l’antisémitisme existe bel et bien au sein de la population, la loi, les forces de l’ordre et la justice font preuve d’une intransigeance et d’une sévérité telles que très rares sont les racailles et les voyous qui osent agresser, fût-ce verbalement, leurs compatriotes de confession juive.

Comme Yoav Hattab (fils du grand rabbin de Tunis tué par Coulibaly dans la prise d’otages de l’HyperCasher) avant lui, le cruel destin a ainsi voulu qu’ Eyal Haddad, qui a vécu une bonne partie de sa jeunesse en sécurité dans son pays natal au milieu de ses voisins et amis musulmans, finisse assassiné dans les pires souffrances dans un pays qu’il pensait être sa Patrie d’adoption.

Que Dieu et le Temps puissent apaiser la douleur incommensurable de ses proches en Tunisie et en Israël… »

Mouna Izzdine. www.tribunejuive.info

TRIBUNE JUIVE. COPYRIGHTS.

Partager :