Partager :

L’ACU (Australian Catholic University) s’est associée au Musée d’Israël pour créer une vitrine virtuelle qui emmènera le public dans le passé antique.

Cette nouvelle entreprise pionnière utilisera des scans 3D et la photogrammétrie pour créer une expérience immersive présentant l’impressionnante collection du musée.

Les visiteurs pourront explorer des artefacts datant de milliers d’années, des objets du quotidien aux trésors rares – une stèle prouvant l’existence du roi David, des amulettes en argent portant la plus ancienne copie d’un texte biblique, des œuvres d’art anciennes et des inscriptions et sceaux royaux et ils pourront même interagir avec ces artefacts anciens en gros plan à 360 degrés et utiliser la technologie de la réalité virtuelle pour explorer la façon dont les objets étaient utilisés dans les temps anciens.

Le directeur du programme de l’ancien Israël à l’ACU, le professeur associé Gil Davis, a déclaré que l’idée a été inspirée par la nécessité d’enseigner sur les nombreux campus de l’université en Australie : « Le Musée d’Israël possède l’une des plus grandes collections archéologiques du Proche-Orient ancien au monde », a-t-il déclaré.  « Le musée virtuel utilisera cette vaste collection pour offrir une expérience éducative immersive dans le cadre de notre enseignement et de nos activités de sensibilisation auprès de la communauté australienne au sens large.

« C’est une occasion passionnante de mettre en place une nouvelle approche de l’enseignement et de rendre la collection du musée accessible aux publics du monde entier. »

L’équipe de Pirchia Eyall, conservateur de l’âge du fer et de la période perse, s’est associée au laboratoire d’archéologie informatique de l’Université hébraïque pour produire des scans 3D d’une douzaine d’artefacts dans le cadre du programme pilote de musée virtuel.

« Nous avons numérisé des objets de tailles et de matériaux différents, notamment des figurines, des cruches et des jarres. Cela a été une courbe d’apprentissage pour l’équipe du Musée d’Israël, mais les résultats sont au-delà de nos attentes. »

Le Dr Haim Gitler, conservateur en chef de l’archéologie du Musée d’Israël Tamar et Teddy Kollek, a déclaré que le projet rendrait les collections du musée accessibles aux publics du monde entier.

« L’importance de ce projet réside dans le fait qu’il permettra non seulement à nos collègues du monde entier d’amener virtuellement ces objets étonnants dans leur salle de classe, mais aussi de partager notre collection avec des personnes du monde entier en créant des expositions virtuelles. »

Source : ACU & Israël Valley

Partager :