Partager :

La fatigue des médecins nuit aux patients au sens physique du terme, selon une nouvelle recherche israélienne qui a établi que les médecins étaient moins susceptibles de prescrire des anti-douleurs pendant la nuit que pendant la journée.

Une équipe de recherche de l’Université hébraïque de Jérusalem et de l’hôpital Hadassah a analysé 13 482 lettres de décharge de patients qui se sont présentés entre 2013 et 2020 dans les salles des urgences en Israël et aux États-Unis.

Ces conclusions, publiées lundi dans la revue à comité de lecture Proceedings of the National Academy of Sciences, établissent que si les patients d’âge similaire et touchés par la même pathologie se rendent aux urgences pendant la nuit, ils ont 20% à 30% moins de chances de quitter le service avec une ordonnance d’anti-douleurs que ce n’est le cas pour les patients qui viennent pendant la journée.

Les chercheurs notent que ces conclusions soulignent que lorsque les médecins sont fatigués – et qu’ils subissent les autres conséquences des gardes de nuit, comme un stress accru – les soins accordés aux patients en pâtissent. Dans un grand nombre de cas examinés, les médecins contreviennent, par leur incapacité à prescrire des anti-douleurs, aux recommandations faites par l’Organisation mondiale de la Santé.

« Nous avons été surpris par ce qui a été découvert et aucune donnée n’avait été recueillie sur le sujet jusqu’à aujourd’hui », explique le docteur Alex Gileles-Hillel, l’un des auteurs de l’étude, au Times of Israel. « Les conclusions sont claires – si vous pouvez ainsi rentrer chez vous dans la journée avec une ordonnance d’anti-douleurs, il est bien moins probable que ce soit le cas si vous vous rendez aux urgences pendant la nuit ».

« Notre hypothèse est que l’empathie est moins forte pendant la nuit et que la perception de la douleur, chez les médecins, est altérée lorsqu’ils sont fatigués », suggère-t-il.

TIMES OF ISRAEL
Partager :