Partager :

Une enquête publiée par l’organisation israélienne à but non lucratif NEVET montre une augmentation du nombre d’élèves ayant besoin d’une aide alimentaire.

NEVET, qui fournit des repas quotidiens à plus de 11.000 écoliers israéliens, met en évidence la corrélation entre de meilleures performances scolaires et une bonne nutrition. L’étude de l’ONG indique ainsi que les notes et le comportement des élèves auxquels elle fournit une assistance en nourriture se sont améliorés.

Mais selon les données publiées, la pandémie, en entraînant la paupérisation de nombre de foyers, a aussi provoqué la hausse du nombre d’enfants en insécurité alimentaire.

« Depuis 2019, nos activités ont augmenté de 30 %, en grande partie à cause de la pandémie qui a provoqué une hausse de la pauvreté. Les impacts négatifs sur les enfants ont été énormes », affirme Rotem Yosef-Giladi, le dirigeant de NEVET.

Celui-ci insiste sur le fait que répondre aux besoins alimentaires des écoliers est vecteur de réussite scolaire et sociale. La plupart des établissements scolaires en Israël n’offrent en effet pas de systèmes de cantine, obligeant les enfants à apporter leur repas.

« Fournir un sandwich à chaque enfant qui en a besoin, comble non seulement ses besoins nutritionnels, mais augmente sa confiance en lui et sa capacité de s’épanouir dans le cadre éducatif », souligne Rotem Yosef-Giladi.

Alors que le syndicat des enseignants israéliens poursuit une grève nationale pour la deuxième journée consécutive , 1,5 million d’enfants israéliens sont privés d’école ce jeudi, ce qui prive également les élèves dans le besoin de repas scolaires.

« Alors que les enseignants méritent évidemment d’être payés comme il faut et que nous soutenons cet effort, nous devons être pleinement conscients des dégâts plus larges causés par ces grèves », a averti le directeur de Nevet.

Les enseignants israéliens ont entamé une grève partielle la semaine dernière en raison de désaccords sur leurs revendications en matière de salaires et de conditions de travail, puis une grève générale mercredi, qui touche les écoles maternelles et élémentaires.

i24News.

Partager :