Partager :

Le président Emmanuel Macron a perdu sa majorité absolue à l’Assemblée nationale après le second tour des élections législatives en France, un scrutin marqué par une très forte percée de l’extrême droite, selon les estimations.

Si ces résultats se confirment, il s’agit d’un revers majeur pour le président français qui devra trouver des alliances pour mettre en œuvre son programme de réformes dans les cinq prochaines années. Dans la 8e circonscription, qui comprend notamment l’Italie, la Grèce, la Turquie et Israël, le député sortant, Meyer Habib (UDI), est réélu face à Deborah Abisror-de Lieme (LRM) qui a obtenu 49,42 % des suffrages exprimés contre 50,58 % pour M. Habib.

 

LE MONDE. « En Israël, menaces et invectives pour une fin de campagne des législatives houleuse.

La candidate d’Ensemble ! dans la 8e circonscription des Français de l’étranger, Deborah Abisror-de Lieme, a l’intention de porter plainte après avoir reçu des menaces.

La menace a été envoyée par message éphémère, mercredi 15 juin, directement sur le portable de la candidate Ensemble !, Deborah Abisror-de Lieme. « C’est une intimidation. Il y avait écrit le nom de l’école de mon fils, un émoji bombe et “retire ta candidature”, décrit celle qui se présente dans la 8e circonscription des Français de l’étranger (qui regroupe huit pays, dont Israël, l’Italie, la Turquie et la Grèce) contre le député sortant (Union des démocrates et indépendants. »

Le lendemain, la candidate de 36 ans a annoncé qu’elle allait porter plainte dans un message vidéo diffusé sur Twitter, dénonçant une « chasse aux sorcières ». Selon elle, le message menaçant n’émane pas de son adversaire, « ni de son équipe de campagne ». En revanche, celle qui a travaillé au sein de plusieurs cabinets ministériels sous le précédent quinquennat accuse son opposant d’entretenir cette ambiance « un peu à la Trump ».

Dans cette circonscription éclatée au taux de participation très faible (12,23 % au premier tour, dimanche 12 juin), les élections législatives se jouent principalement en Israël.

Pour Mme Abisror-de Lieme, les menaces se sont intensifiées après un article du Canard enchaîné publié le 15 juin. L’hebdomadaire y dévoile une note de la consule de France à Tel-Aviv, qui s’inquiète des « pratiques dont la légalité pourrait être questionnable » auxquelles M. Habib aurait eu recours. Une procédure normale, explique le Quai d’Orsay :

« Lorsque des éléments potentiellement constitutifs d’irrégularités sont rapportés à des agents consulaires », ceux-ci les transmettent à leur hiérarchie. En revanche, le ministère des affaires étrangères annonce avoir ouvert une enquête administrative pour comprendre comment la communication interne a fuité dans la presse ».

 

Partager :