Partager :

Hollywood est une industrie qui trouve ses racines, comme celle d’Israël, dans les efforts d’un petit groupe d’immigrants juifs d’Europe de l’Est qui croyaient imposer leur volonté à un paysage aride.

Pendant la majeure partie des 75 dernières années, l’État d’Israël a été engagé dans un effort que les Israéliens appellent hasbara. Traduit littéralement, ce mot hébreu signifie « explication », et cet effort, comme le documentent les auteurs Tony Shaw et Giora Goodman dans leur nouveau livre « Hollywood and Israel : A History », a souvent consisté en des tentatives politiques visant à traduire l’expérience israélienne en des termes qui pourraient être facilement compris en dehors des frontières du pays, ainsi qu’à défendre la conception qu’a Israël de sa place dans la région.

« Hollywood », affirment Shaw et Goodman, « a toujours été un point central de la stratégie de hasbara d’Israël, à l’extérieur comme à l’intérieur de l’écran ». La hasbara consistait à prendre l’expérience fondamentalement étrangère de la vie israélienne – composée à parts égales d’utopisme socialiste, de fantaisie Mitteleuropa du mystérieux Orient, et de réalisme militariste criblé de roches – et à faire valoir que les Israéliens étaient les cousins épris de liberté des Américains, les architectes d’une démocratie multiethnique, les protecteurs des Juifs dans un monde post-Holocauste, les défenseurs contre les hordes terroristes, ou toute autre chose susceptible d’inciter les Américains riches et puissants à l’action ou à la défense.

En revanche, la question de l’holocauste n’a presque pas été abordée pendant la guerre. En dehors de la Warner Bros., les studios n’ont pas fait de films avant Pearl Harbor faisant référence à la menace nazie ; et même lorsqu’ils l’ont fait, ces films ont réussi à dénoncer le nazisme sans jamais utiliser le mot « juif ». Ce n’est qu’en 1947, deux ans après la libération d’Auschwitz, que l’industrie cinématographique américaine a réalisé ses premiers films sur les horreurs de l’antisémitisme.

Shaw et Goodman considèrent que la guerre des Six Jours, avec ses peurs apocalyptiques menant à un triomphe euphorique, a marqué un point culminant de la fierté sioniste à Hollywood. Le comédien Milton Berle apparaît au Rallye pour la survie d’Israël en juin 1967, revendiquant Israël comme le successeur patriotique des États-Unis : « Israël est dans la même position que les États-Unis dans la guerre de 1812 … se battant pour la démocratie et sa vie », a-t-il déclaré. « Rétrospectivement, soutiennent Shaw et Goodman, la décennie et demie qui s’est écoulée entre la guerre de 1967 et l’entrée en vigueur de l’accord de paix historique entre Israël et l’Égypte au début des années 1980 représente un âge d’or de la sympathie des Américains, en particulier des Juifs américains, pour Israël. »

Le livre Hollywood and Israel, profondément documenté et écrit avec art, documente les tentacules étendus et parfois absurdes de la connexion californienne. Ainsi Paul Newman s’est lié d’amitié avec le futur président israélien Ezer Weizman pendant le tournage d’Exodus. Elisabeth Taylor et l’acteur Richard Burton ont collecté près d’un million de dollars après la guerre des Six Jours « lors d’un dîner de stars au Café Royal de Londres ». Après le raid d’Entebbe en 1976, le directeur du studio Lew Wasserman a directement câblé au Premier ministre israélien de l’époque, Yitzhak Rabin, pour négocier les droits cinématographiques exclusifs de l’histoire.

En 1978, l’Université hébraïque de Jérusalem a inauguré le Frank Sinatra International Student Center, financé par le chanteur légendaire et la star oscarisée de From Here to Eternity.

Sur le plan cinématographique, l’ère de la production américaine en Israël a cédé la place à celle du magnat israélien de Los Angeles, comme le producteur d’armes Milchan et le schlockmeister Menahem Golan, qui a cédé la place à l’ère contemporaine de la télévision israélienne en tant qu’équipe d’encadrement et planche d’ambiance pour les remakes de la télévision américaine comme Homeland et In Treatment, ainsi que pour des séries israéliennes très populaires comme Fauda et Shtisel.

Mais après, si les histoires israéliennes peuvent faire l’objet d’un grand succès international, mais l’ère de la hasbara a connu une fin sans cérémonie, condamnée par l’échec du processus de paix d’Oslo.

Les récents nominés aux Oscars, comme The Gatekeepers, 5 Broken Cameras et Omar, brossent un tableau d’Israël sensiblement différent de celui d’Exodus, et si Hollywood reste pro-israélien, la nature de cette affection a changé. « Il est difficile de ne pas conclure », soutiennent Shaw et Goodman, « que, tout simplement, Hollywood n’aimait pas autant Israël à l’âge avancé de soixante-dix ans que lorsqu’il avait une vibrante trentaine d’années. »

Source : Foreign Policy & Israël Valley

Partager :