Partager :

Les prix de l’immobilier en Israël ont beau avoir atteint des sommets sans précédent, même une augmentation de plus de 10 % en 2021 – la plus forte hausse depuis 2013 – n’a pas semblé dissuader les acheteurs, qui ont très peu d’options de logement à long terme. Les primo-accédants et les investisseurs (ménages qui possèdent déjà un ou plusieurs logements) ont acheté plus de 14 000 unités de logement en octobre, le nombre mensuel le plus élevé depuis juin 2015, selon les chiffres du ministère des Finances.

La demande de logements en Israël dépasse largement l’offre depuis plus de dix ans, ce qui a conduit à une crise qui ne peut que s’aggraver, ont averti les experts. Dans ce mélange explosif, la flambée du shekel face à des devises étrangères affaiblies comme la livre et le dollar rend l’achat d’un logement de plus en plus difficile pour les immigrants en Israël, ainsi que pour les sabras natifs.

Pour ceux qui ont réussi à rassembler suffisamment de fonds pour un acompte, probablement grâce à des années de travail et d’épargne, combinées à l’apport financier de membres de la famille, il y a un sentiment de soulagement (et au moins une certaine trépidation) d’avoir réussi à se hisser sur l’échelle de l’immobilier israélien.

S’il existe des similitudes entre l’achat d’une propriété en Israël et l’achat d’une propriété ailleurs, certains aspects du processus sont également uniques. Pour faire la lumière sur l’un des engagements financiers les plus importants pour les familles, le Times of Israel a récemment interrogé un certain nombre d’immigrants sur leurs expériences d’acquisition de bien immobilier, ainsi que des experts en la matière qui ont offert des conseils et des avertissements sur les pièges potentiels.

Yair Givati, associé du cabinet d’avocats Haim Givati à Jérusalem, spécialisé dans l’immobilier, a passé en revue les principales différences entre l’achat d’une propriété aux États-Unis et en Israël.

Aux États-Unis, la date déterminante de tout achat est la « date de clôture », c’est-à-dire la date à laquelle vous effectuez le dernier paiement, obtenez l’acte et prenez possession de la propriété », a déclaré Givati au Times of Israel. « En Israël, la date déterminante est la date à laquelle vous signez le contrat d’achat, et tout en découle ».

« La déclaration au bureau des impôts doit être déposée dans les 30 jours suivant la signature, la taxe d’achat doit être payée dans les 60 jours suivant la signature, etc. Et ce, même si l’appartement sera prêt dans deux, quatre ou six ans. On considère que le bien a été acheté le jour où vous avez signé le contrat de vente. »

Il est également beaucoup plus facile d’obtenir des informations, comme un dossier public beaucoup plus clair sur une propriété donnée, aux États-Unis qu’en Israël, a-t-il ajouté. Cela ne veut pas dire qu’elles ne sont pas du tout disponibles, mais il est beaucoup plus simple pour un professionnel de vérifier au nom d’un acheteur.

Times of Israel.

Partager :