Partager :

Pessah, la fête de la liberté.

Ce vendredi soir (15 avril) à la tombée de la nuit, les juifs vont célébrer le premier soir du seder de Pessah. Cette fête qui commémore la libération des juifs du joug de pharaon à la suite de la sortie d’Égypte est une des fêtes les plus importantes de l’année. Dans le calendrier hébraïque, cette fête commence le 15 Nissan et dure huit jours. Il est recommandé de cesser tout travail pendant cette fête. À la veille de Pessah, il est impératif de ne plus consommer, tirer profit ni de posséder de hametz. Ainsi, il faudra nettoyer de fond en comble sa résidence pour éliminer la moindre miette. Aucun recoin ne doit être laissé au hasard.

Un repas traditionnel

L’un des moments les plus importants de la fête de Pessah est le seder, le repas rituel. Pendant ce repas, nous lisons la haggada tout en racontant l’histoire du peuple juif et de sa libération. Ce repas se compose de six aliments ou préparations symboliques présentés sur un plateau mis en évidence sur la table. On compte parmi ces aliments le karpass, les herbes amères qui rappellent l’amertume de l’esclavage de nos ancêtres, le harosset, un mélange visqueux de fruits secs, de figues, de pommes et de vin, qui rappelle le mortier utilisé pour les tâches pénibles lors de l’édification des pyramides d’Égypte. On compte également le légume non amer, symbole de renouveau, le zeroa, l’os d’agneau, souvenir du sacrifice de l’agneau avant l’exode, le beitza, l’œuf dur, symbole de deuil en commémoration de la destruction du Temple de Jérusalem, et enfin le maror, une salade légèrement amère en souvenir également de la dureté de l’esclavage vécue par nos ancêtres.

Chaque étape du seder est importante, elle rappelle l’esclavage et l’exode qui a suivi, ainsi que tous les miracles effectués par D.ieu. Pendant ce repas, on Le glorifie pour Ses bienfaits. D’après la haggada, chaque juif a le devoir de se considérer comme s’il était sorti lui-même d’Égypte.

Cette année, la fête de Pessa’h sera célébrée du vendredi 15 avril au soir au samedi 23 avril à la tombée de la nuit. Les deux premiers et deux derniers jours sont chômés, il ne sera pas permis d’effectuer de travail, d’utiliser l’électricité, d’allumer un feu, d’écrire… Les quatre jours qui séparent ces jours de Yom Tov sont appelés hol hamoed. Pendant ces jours-ci, on ne chôme pas. Cependant, il est de coutume de ne pas travailler si cela n’engendre pas de perte d’argent.

Arielle Wilhelm (Radio J).

Partager :