Partager :

Le nombre de cas confirmés du variant Omicron du virus du COVID en Israël est passé mardi à au moins quatre.

En plus des deux cas diagnostiqués vaccinés au moins deux fois précédemment – l’un chez un voyageur d’Afrique du Sud et l’autre chez une personne de retour du Malawi – deux médecins ont été testés positifs pour la nouvelle souche. L’un des médecins, qui travaillent tous deux à l’hôpital Sheba, est revenu récemment d’une conférence à Londres, et l’autre a été en contact étroit avec lui.

Les deux médecins avaient reçu trois doses du vaccin Pfizer COVID, précise l’hôpital.

Le ministère de la Santé indique qu’il enquête sur plus de 30 autres patients positifs au COVID, qu’il soupçonne d’être également infectés par le variant Omicron, originaire d’Afrique du Sud et qui a suscité une inquiétude mondiale, conduisant Israël et d’autres pays à fermer une nouvelle fois leurs frontières aux étrangers.

Le directeur du ministère de la Santé, Nachman Ash, a déclaré dimanche que le variant Omicron était « définitivement inquiétant, peut-être le plus inquiétant que nous ayons connu jusqu’à présent ».

Mais il a souligné auprès de la Treizième chaîne, que l’on ignore encore beaucoup de choses à son sujet, notamment sa gravité, et si la vaccination ou une infection antérieure protège contre elle. « J’espère que nous en saurons plus dans les prochains jours ».

Selon lui, les premiers éléments semblent indiquer que la vaccination protège au moins contre la forme grave de l’infection.

Times of Israel.

 

Partager :