Partager :

Le ministère israélien des Transports a annoncé dimanche que les voyageurs qui arriveront en Israël à partir de minuit ne pourront pas embarquer dans les trains et les bus publics à leur sortie de l’aéroport, afin de limiter les contacts avec le reste de la population, dans le sillage des craintes suscitées par la découverte du variant Omicron.

Les voyageurs pourront quitter l’aéroport, soit en empruntant un véhicule privé soit en taxi.

Par ailleurs, une remise de 50 % sera accordée pour les personnes qui garent leur voiture dans le parking de l’aéroport Ben Gourion pendant une longue durée.

Israël va interdire à partir de dimanche soir l’entrée des ressortissants étrangers sur son territoire dans l’espoir de ralentir la propagation du nouveau variant du coronavirus Omicron, dont déjà deux cas ont été confirmés.

Un second cas a été identifié dimanche soir, il s’agit d’une femme revenue d’Afrique du Sud.

Les citoyens israéliens vaccinés devront présenter un test PCR et se mettre en quarantaine pendant trois jours, une mesure étendue à sept jours pour les non-vaccinés, ont ajouté les services du Premier ministre, soulignant que ces nouvelles mesures seront en vigueur pour au moins 15 jours.

Quelques heures après l’annonce de ces restrictions, le Premier ministre a signé un décret d’urgence autorisant les services de sécurité à traquer les téléphones portables de personnes entrées en contact avec celles infectées par le variant Omicron.

Cette nouvelle mesure sera en vigueur, pour l’instant, jusqu’au 2 décembre inclus et sera abandonnée en cas de propagation à « grande ampleur » du variant Omicron.

L’annonce de ces mesures intervient à quelques heures du début de la fête juive de Hanoucca, la « fête des Lumières », qui s’étend sur huit jours et au cours de laquelle de nombreux rassemblements et festivités ont lieu.

Partager :