Partager :

Le « Cabinet Coronavirus » israélien a approuvé samedi soir de nouvelles restrictions sanitaires alors que sept cas confirmés de contamination au variant Omicron ont été recensés en Israël, à ce jour. Les voyageurs qui n’ont pas un passeport israélien sont donc confrontés  un réel chaos. En effet, de nombreuses compagnies aériennes ne répondent pas immédiatement aux sollicitations des voyageurs.  (DR)

Selon (1) : « Parmi les mesures prises qui entreront en vigueur à partir de dimanche soir, l’interdiction aux touristes d’entrer sur le territoire durant les deux semaines à venir (sauf autorisation spéciale des autorités), ainsi que l’extension de la durée d’isolement pour les Israéliens de retour de l’étranger. 

Les voyageurs vaccinés – qui devaient jusqu’à maintenant passer un test de dépistage à l’atterrissage et rester isolés jusqu’à ce qu’ils reçoivent un résultat négatif – devront désormais entrer en quarantaine. (1) i24News

SELON RADIO J. Nouvelles mesures sanitaires pour faire face au variant Omicron.

Ce nouveau variant semble être plus contagieux que les précedents, le cabinet coronavirus s’est donc réuni hier soir autour du premier ministre Naftali Bennett. Plusieurs mesures sanitaires ont été adoptées. Elles vont entrer en vigueur ce soir à minuit.

La première appliquée dès ce dimanche minuit concerne les étrangers, aucun ne peut entrer en Israël, sauf autorisation spéciale du Comité des exceptions du pays.

Les Israéliens qui veulent se rendre dans les pays classés rouges, ont eux aussi besoin d’une autorisation spéciale.

Ceux qui ont un schéma vaccinal complet (3 doses) ou qui sont guéris selon la définition du ministère de la Santé et n’entrent pas en Israël depuis un pays interdit seront obligé de s’isoler chez eux, après avoir fait un test PCR à l’aéroport. Ils pourront en faire un second 3 jours plus tard pour pouvoir ressortir. Sinon, il auront une semaine d’isolement complète.

Les Israéliens non vaccinés effectueront un test PCR à leur arrivée en Israël, après quoi ils entreront en isolement à domicile. Un deuxième test PCR sera obligatoire au bout d’une semaine, et c’est uniquement si il est négatif qu’ils pourront être libérés de l’isolement. Ceux qui n’effectuent pas de test le septième jour devront rester isolés pendant 14 jours.

Les Israéliens qui reviennent des pays rouges effectueront un test PCR à l’aéroport, puis seront transférés en isolement dans l’un des hôtels du pays pour les coronavirus jusqu’à ce qu’un résultat négatif soit reçu. Après cela, ils seront renvoyé chez eux pour sept jours d’isolement. Ils ne pourront quitter l’isolement que lorsqu’un deuxième résultat négatif est reçu.

Les personnes qui sortent de l’isolement sans passer un test PCR seront condamnées à une amende.

Le commandement du front intérieur de Tsahal continuera à localiser toute personne arrivée en Israël en provenance d’un pays rouge la semaine dernière et à la tester pour le virus.

L’Agence de sécurité générale du Shin Bet relancera son programme de surveillance pour toute personne testée positive à son retour en Israël depuis un pays africain interdit. Le but :  retrouver toute personne avec qui elle a été en contact et couper les chaînes de l’infection.

Le Passeport Vert sera obligatoire pour tous les événements de 50 personnes ou plus – au lieu de 100 personnes ou plus comme c’était le cas auparavant.

Les événements de Hanoucca se dérouleront comme prévu dans le cadre du passeport vert.

Toutes les nouvelles règles sont soumises à l’approbation finale du plus grand cabinet et entrent en vigueur dimanche à minuit.

Les responsables de la santé soulignent que même si le vaccin s’avère moins efficace pour le Omicron, il est plus que probable qu’il aidera à prévenir les maladies graves. À ce titre, ils encouragent tous les citoyens à se faire vacciner.

« Nous sommes au début d’une période qui demandera une grande vigilance », a indiqué le ministère de la Santé dans un communiqué. « Il est important de maintenir la santé et une routine en vaccinant tous les citoyens de plus de cinq ans. »

Le ministère a également encouragé la ventilation des espaces clos et le strict respect du port de masques lors des rassemblements.

E.S. Copyrights. Radio J.

LE PLUS.

Variant sud-africain: Israël interdit l’entrée aux touristes venant de la majeure partie de l’Afrique

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a ordonné que la majeure partie de l’Afrique soit classée «rouge», limitant fortement l’entrée de la région, suite à l’émergence d’un nouveau variant de coronavirus hautement muté en Afrique du Sud qui a déjà fait son chemin vers Israël. La liste des pays à partir desquels les étrangers sont interdits d’entrée en Israël n’a pas encore été publiée, mais Bennett a déclaré qu’elle inclurait île Maurice, les Seychelles et Madagascar, et exclurait les pays d’Afrique du Nord.

La liste était vide depuis environ six semaines, car aucun pays n’était tombé dans les critères «rouges» du ministère de la Santé. Mais jeudi soir, l’Afrique du Sud, le Lesotho, le Botswana, le Zimbabwe, le Mozambique, la Namibie et Eswatini ont été ajoutés à la liste.

Les Israéliens de retour, y compris ceux qui sont complètement vaccinés, de l’un des pays désormais considérés comme «rouges» devront s’isoler dans un hôtel de quarantaine géré par l’État pendant une semaine et seront libérés après avoir reçu deux tests de virus PCR négatifs, a affirmé Bennett dans une conférence de presse en direct. Les rapatriés qui refusent d’être testés devront s’isoler pendant deux semaines dans un hôtel de quarantaine géré par l’État, ajoute le communiqué. Le commandement du front intérieur des Forces de défense israéliennes a reçu l’ordre de localiser tous ceux qui sont arrivés des pays africains concernés au cours de la semaine dernière et de leur demander de s’isoler immédiatement. Les forces effectueront également des tests de virus à domicile, a déclaré le Premier ministre.

Naftali Bennett a expliqué avoir ordonné au gouvernement d’acheter 10 millions de kits de test PCR conçus pour mieux détecter le variant. L’option d’un nouveau confinement général n’est en revanche pas sur la table, a souligné le chef du gouverneme

Partager :