Partager :

Apple a annoncé mardi avoir déposé une plainte contre NSO Group, la société israélienne qui fabrique le logiciel d’espionnage Pegasus, ayant servi à cibler des utilisateurs d’iPhone.

Apple a également demandé au tribunal d’interdire définitivement les programmes de NSO sur ses appareils et services.

NSO s’est retrouvée exposée cet été après des enquêtes publiées par un consortium de 17 médias internationaux, révélant que Pegasus aurait permis d’espionner les numéros de journalistes, hommes politiques, militants ou chefs d’entreprises de différents pays, y compris le président français Emmanuel Macron.

« Sur le marché de l’électronique grand public, les appareils d’Apple sont les plus sûrs, mais les entreprises qui développent des logiciels espions pour le compte d’Etats sont devenus encore plus dangereux », a déclaré Craig Federighi, le vice-président du groupe californien chargé des logiciels, cité dans un communiqué.

« Même si ces menaces pour la cybersécurité n’affectent qu’un petit nombre de nos clients, nous prenons au sérieux toutes les attaques contre nos utilisateurs », a-t-il continué.

Début novembre, Washington a ajouté NSO Group à sa liste des entreprises interdites.

Le nouveau PDG de NSO Group a ensuite démissionné avant même d’avoir pris ses fonctions expliquant que cette décision avait été motivée par la mise sur liste noire de l’entreprise par le département américain du Commerce.

Isaac Benbenisti avait été nommé le 31 octobre comme futur remplaçant du PDG Shalev Hulio, co-fondateur de NSO, qui devait assumer de nouveaux rôles en tant que vice-président et président mondial.

i24News (Copyrights).

Partager :