Partager :

Le ministère israélien de la Santé rapporte que les Arabes et les Druzes constituaient 20% de la population d’Israël et 46% de toutes les licences médicales d’Israël. Ils comprennent également 50 % des nouvelles infirmières, 53 % des dentistes et 57 % des pharmaciens. Le nombre de médecins arabes a quadruplé depuis 2000.

L’abondance de personnes issues de la communauté arabe dans les professions de santé est devenue un incontournable de la culture locale : l’infirmière qui administre le vaccin contre le coronavirus, le pharmacien de la parapharmacie qui est suffisamment omniprésent pour avoir été fait un personnage de l’émission satirique. Eretz Nehederet », et bien sûr les médecins – tous symbolisant l’enracinement des citoyens arabes d’Israël dans les domaines médicaux.

Ce phénomène de société, que certains voient comme une mise sur la voie de l’élite arabe dans ce domaine, prend de l’ampleur. De nouvelles données publiées par le ministère de la Santé dans un rapport de 2020 sur le personnel de santé montrent que les Arabes et les Druzes en Israël, qui représentent environ 20 pour cent de la population du pays, constituent près de la moitié (46 pour cent) des bénéficiaires de licences médicales ; la moitié des nouveaux infirmiers, hommes et femmes (50 pour cent, contre seulement 9 pour cent en 2000); et plus de la moitié des dentistes (53 pour cent) et des pharmaciens (57 pour cent).

Sur 40 étudiants de la filière physique-électronique, une trentaine sont docteurs. Très peu sont allés dans d’autres domaines. Le sentiment est que le plafond de verre est d’être un médecin ou un avocat, et peu de gens se tournent vers l’ingénierie et la haute technologie.

En plus du fait que les Arabes représentent une proportion considérablement plus importante du domaine médical que leur part dans la population, cette poussée fulgurante en seulement deux décennies a transformé le visage de la médecine en Israël. Outre le bond de plus de quintuple du nombre d’infirmières arabes depuis le début du siècle, le nombre de médecins arabes a quadruplé, le nombre de dentistes arabes a plus que doublé et la proportion globale de pharmaciens arabes a a presque triplé, passant de 21 % en 2000 à 57 % en 2020.

🟦  🟦

Il existe des raisons évidentes qui incitent les jeunes Arabes à affluer vers l’industrie des soins de santé. « Les professions médicales relèvent généralement de l’espace public, auquel les conditions d’admission sont un diplôme et un certificat. Dans le high-tech, cependant, il ne suffit pas d’avoir un diplôme d’ingénieur, il faut des connexions telles que [avoir servi dans l’unité de renseignement de l’armée] 8200, et aussi des compétences « douces » qui sont moins présentes dans la population arabe », explique le Dr. Marian Tehawkho, directrice du Centre de politique économique de la Société arabe israélienne, qui fait partie de l’Institut Aaron de l’Université Reichman (anciennement Centre interdisciplinaire Herzliya)

Le flux de jeunes Arabes et druzes dans le domaine de la santé a des côtés moins positifs ainsi qu’un plafond de verre approchant rapidement d’options de faculté de médecine encore plus limitées. L’un des problèmes est que beaucoup d’entre eux étudient à l’étranger, ce qui exerce une pression économique énorme sur leurs familles ainsi que des difficultés personnelles pour l’étudiant, et les pousse souvent dans des écoles de médecine médiocres. Selon Tehawkho, beaucoup d’entre eux sont poussés à étudier à l’étranger. « Il n’y a pas assez d’ouvertures pour les étudiants en Israël, et cela augmente les critères d’admission dans ces domaines. De nombreux Juifs qui ne sont pas acceptés dans les facultés de médecine en Israël choisiront d’autres alternatives locales, telles que l’ingénierie au lieu de la médecine. Cependant, il est moins probable que les Arabes se tournent vers la haute technologie.

Les chiffres continuent d’être stupéfiants. Selon le bureau de l’économiste en chef du ministère de la Santé, 67% des titulaires de licence dans toutes les professions de la santé en 2017-2018 appartenaient à la population arabe. En outre, 63 pour cent de tous les étudiants en médecine, 84 pour cent des étudiants en soins infirmiers et 82 pour cent des étudiants en pharmacologie étaient des Arabes.



Read more https://rakbeisrael.buzz/pres-de-la-moitie-de-tous-les-professionnels-de-la-sante-israeliens-sont-arabes/

Partager :