Partager :

La découverte en Israël d’une nouvelle espèce d’homme préhistorique remet en cause la théorie de Néandertal.

Des fouilles archéologiques près de Tel Aviv viennent de dévoiler l’existence d’une branche de l’évolution humaine inconnue jusqu’à présent : une nouvelle variété d’homme préhistorique, qui ébranle des certitudes. 

Cette variété a été baptisée Nesher Ramla, du nom de la petite ville de Ramla, proche de Tel Aviv où les fouilles ont été réalisées. C’est tout près de l’aéroport Ben Gourion. L’équipe de chercheurs, composée principalement d’Israéliens, mais aussi d’Italiens, d’Espagnols, de Suisses, d’Américains a publié ses résultats vendredi 25 juin dans la revue Science (article en anglais).

Leur conclusion principale suscite l’approbation de la communauté scientifique : ils ont bien découvert une nouvelle espèce d’hominidés. Les ossements mis au jour datent en moyenne de 125 000 ans avant notre ère. Ils ont d’ailleurs été découverts dans un site à ciel ouvert, contrairement à toutes les trouvailles préhistoriques précédentes en Israël, effectuées dans des grottes.

L’Homo Nesher Ramla possède déjà des techniques élaborées pour l’époque. Il possède des outils en pierre, chasse du gibier, cuit ou rôtit de la viande. Des quantités importantes d’ossements d’animaux et de restes d’outils de chasse ont été trouvées par 8 m de profondeur. Cela dit Nesher Ramla n’est pas encore l’homme « moderne » dont les dents sont plus petites, et le menton plus prononcé. Ce n’est pas l’Homo Sapiens, mais il a coexisté avec lui, à la même époque. C’est donc un chainon supplémentaire dans l’évolution humaine.  

Néandertal européen ou proche-oriental ?

Une question agite les chercheurs. Peut-il s’agir des origines du célèbre homme de Néandertal qui peuplait l’Europe ? C’est la deuxième conclusion de l’étude parue dans Science. Mais celle-ci est très controversée. Pour les chercheurs israéliens, Nesher Ramla possède de vraies similitudes avec l’homme de Néandertal : la forme du crâne, la mâchoire. Ils émettent donc l’hypothèse que Nesher Ramla est la source, l’origine des premiers Néandertal, ce serait un bouleversement.

La thèse généralement acceptée, jusqu’à présent, est que l’homme de Néandertal est apparu en Europe, en particulier en Europe Occidentale, avant de migrer vers le Sud, la Méditerranée, le Proche-Orient. L’équipe de Tel Aviv renverse la perspective : et si l’homme de Néandertal était apparu d’abord au Proche-Orient avant de peupler ensuite l’Europe et l’Asie. C’est un changement complet de paradigme. Les chercheurs soulignent que ces terres aujourd’hui appelées Israël ou Palestine, ont toujours été un carrefour, un corridor, un passage entre l’Afrique (terre des premiers hominidés) et l’Europe. Mais il y a quand même un problème de dates dans leur théorie, le Nesher Ramla remonte à seulement 125 000 ans, là où des traces de Néandertal ont été découvertes en Europe il y a près de 400 000 ans.   

Une controverse aux sous-entendus politiques

Il y a presque une dimension politique dans ce débat. Le sous-entendu, c’est d’où vient l’homme moderne ? Et en Israël en particulier, le débat n’est pas neutre. Comme toujours quand on touche à l’Histoire sur cette terre trois fois sainte. Pour Rachel Sarig, l’une des chercheuses de l’équipe de Tel Aviv, « cette découverte démontre que la terre d’Israël a servi de creuset, où différentes populations se sont mélangées, avant de se répandre plus tard dans tout le Vieux Monde ». C’est presque une façon de dire qu’Israël a donné l’Homme à la terre entière. Le religieux n’est pas loin. Et là, on bascule dans l’interprétation sujette à controverse.    

www.francetvinfo.fr

Partager :