Partager :

En février 2021, l’Israeli Missile Defense Organization (IMDO) et l’U.S. Missile Defense Agency ont annoncé qu’ils avançaient conjointement dans la conception et le développement du système de défense aérienne Arrow 4 de nouvelle génération, conçu pour contrer de nouveaux types de missiles à longue portée qui n’ont pas encore été mis en service au Moyen-Orient.

Puis, en juillet, le chef de file du programme Arrow, Israeli Aerospace Industries (IAI), et Lockheed-Martin ont signé un protocole d’accord pour coopérer au développement, écartant Boeing, qui avait co-développé le précédent Arrow 3. Lockheed prendrait même en charge la production d’autres missiles Arrow 3.

Cette décision reflète l’étroite relation de partage financier et technologique entre Israël et les États-Unis en matière de développement de la défense antimissile. En effet, entre 2008 et 2019, Israël aurait reçu 3,8 milliards de dollars d’aide américaine pour le développement et l’acquisition de divers aspects du système d’arme Arrow.

Les travaux de conception de l’Arrow 4 auraient commencé en 2017. L’Arrow 4 est destiné à remplacer la génération précédente de missiles Arrow 2 dans le traitement des cibles de missiles balistiques à courte et moyenne portée volant plus bas. La presse entourant l’Arrow-4 suggère qu’il sera également conçu pour vaincre les missiles de croisière hypersoniques manœuvrables et les armes de type planeur, ainsi que pour atténuer d’une manière ou d’une autre la menace posée par les missiles balistiques qui libèrent plusieurs ogives, connues sous le nom de véhicules de rentrée multiples (MRV) ou de véhicules de rentrée multiples indépendamment ciblables (MIRV).

Selon les informations de la presse entourant l’Arrow-4, il est question que celui-cisera également conçu pour vaincre les missiles de croisière hypersoniques manœuvrables et les armes de type planeur, ainsi que pour atténuer d’une manière ou d’une autre la menace posée par les missiles balistiques qui libèrent des ogives multiples. Israël est préoccupé par l’amélioration de la défense antimissile, car les missiles de croisière et balistiques sont un moyen que l’Iran pourrait utiliser pour attaquer des cibles sur le sol israélien. Entre 600 et 700 miles séparent les frontières des deux pays à leurs points les plus proches, bien que les forces iraniennes dans la Syrie voisine soient un autre vecteur.

Depuis la guerre Iran-Irak, l’Iran a investi sans relâche dans la création de missiles balistiques nationaux de plus longue portée et plus précis. Plus récemment, il a commencé à les utiliser de manière agressive au Moyen-Orient, notamment pour frapper les forces américaines en Irak. Bien que de nombreux missiles iraniens soient imprécis, certaines des attaques ont également démontré un haut degré de précision. Cela dit, seule une minorité de l’arsenal de missiles balistiques iranien a la portée nécessaire pour frapper Israël.

Source : National Interest & Israel Valley

Partager :