Partager :

Le ministre des Finances, Avigdor Liberman, a déclaré récemment qu’aucun « nouvel impôt ne serait imposé aux citoyens, mais que son ministère adopterait une approche conservatrice en matière de politique budgétaire, en réduisant les dépenses et en se concentrant sur les domaines prioritaires, tout en s’efforçant de réduire le déficit public et le ratio dette/PIB ».

Très peu de personnes croient à ce que dit Avigdor Liberman, sachant que le pays fait face à des dettes très importantes. La crise du Covid-19 a couté très cher au pays.

Selon Times of Israel : « Liberman s’est exprimé lors de la conférence économique annuelle Eli Hurvitz organisée à Jérusalem par l’Institut israélien pour la démocratie.

Au cours des trois années précédentes, avant la formation du nouveau gouvernement, aucune discussion budgétaire, aucune réforme ni législation n’a eu lieu et l’économie a fonctionné en pilote automatique en raison de la « crise politique profonde » qui a frappé la nation, a-t-il déclaré. »

Toujours selon le Times of Israël : « Alors qu’Israël était confronté à la pandémie de coronavirus tout en étant confronté à une longue impasse politique, le déficit budgétaire a grimpé à environ 12 % et le ratio dette/PIB à plus de 70 %, a déclaré Liberman.

Les récentes discussions sur l’augmentation des niveaux d’endettement à la lumière de la crise provoquée par la pandémie ne sont pas adaptées à l’économie israélienne, a-t-il déclaré. « Nous sommes un petit acteur dans une économie mondiale », a-t-il déclaré. Les États-Unis, le Royaume-Uni et le Japon sont des puissances économiques, a-t-il ajouté. « Nous ne sommes pas comme eux, nous sommes différents… nous devons connaître notre place. »

 

Partager :