Partager :

Yair Lapid, Merav Michaeli du parti travailliste, Nitzan Horowitz du parti Meretz et Gideon Saar de Tikva Hadasha ont tous travaillé comme professionnels de l’information en tant que chroniqueurs, reporters ou présentateurs.

Selon Times of Israel :

« Ils n’hésitent pas à utiliser leur savoir-faire médiatique. Ils écrivent de longs posts sur Facebook, parlent facilement aux caméras.

Lapid a utilisé ses talents d’écrivain et son style de présentation cool ; Bennett a réalisé des briefings Zoom et des conférences de presse rapides et sophistiqués à la manière de Cuomo ; Michaeli a fait entrer la caméra dans son salon avec ses célèbres résumés hebdomadaires et a maintenu un flux Instagram populaire.

Même le néophyte politique Abbas est rapidement devenu un magicien de la communication. Il a donné ses conférences de presse en s’adressant à la nation à 20 heures.

Il y a deux semaines, alors que des négociations de coalition se déroulaient dans un hôtel de Ramat Gan, Abbas était le seul homme politique à se faire un devoir de traverser le hall d’entrée lorsqu’il entrait et sortait, laissant les journalistes le poursuivre pour saisir ses commentaires en direct »

Dans Paris Match :

« Ancienne star de la télé israélienne, le centriste Yaïr Lapid a gagné en crédibilité depuis ses débuts en politique, jusqu’à se hisser au rang de Premier ministre par alternance dans le gouvernement d’union qui a signé la fin de l’ère Netanyahu. Lorsqu’en 2012 ce journaliste vedette aux airs de George Clooney quitte les plateaux pour lancer son parti Yesh Atid (« Il y a un futur »), ses détracteurs lui reprochent de jouer sur son look de beau gosse pour séduire la classe moyenne.

Près de dix ans plus tard, Yaïr Lapid est toujours là et il a rempli la mission qu’il s’était donnée : chasser du pouvoir Benjamin Netanyahu, Premier ministre le plus pérenne de l’histoire d’Israël et inculpé pour corruption.

Son accord de coalition a été signé le 2 juin avec des partis de droite, de gauche et du centre et une formation arabe, et a été approuvé dimanche par le Parlement. Basé sur une rotation, il prévoit que le héraut de la droite radicale Naftali Bennett prenne la tête du gouvernement pendant les 18 premiers mois, avant que M. Lapid ne lui succède.

Ministre des Finances dans un gouvernement Netanyahu en 2013-2014, M. Lapid avait, lors des élections législatives de mars 2020, fondu son parti dans la coalition centriste « Bleu-Blanc » de Benny Gantz. Mais lorsque ce dernier avait fini par conclure un accord avec M. Netanyahu, il avait claqué la porte ».

.

 

Partager :