Partager :

StartupBlink a publié son rapport annuel sur l’indice des écosystèmes de start-up mettant en évidence les forces des pays et des villes en ce qui concerne la technologie. Et tandis qu’Israël ne bouge pas dans son classement général, son nouveau score montre que le petit pays rattrape le Royaume-Uni – deuxième place derrière les États-Unis. Alors que les États-Unis ont une large avance (124.420), le Royaume-Uni et Israël ne sont séparés que par un seul point, avec respectivement 28,719 et 27,741. Dans l’ensemble, le classement des cinq premières places – États-Unis, Royaume-Uni, Israël, Canada et Allemagne – reste inchangé par rapport à 2020.

« L’année dernière, le Royaume-Uni avait une avance relativement importante sur Israël, le troisième pays classé, mais cette différence s’est maintenant considérablement réduite, le Royaume-Uni et Israël ayant presque le même score total », a confirmé le rapport. Les scores sont déterminés par trois ingrédients principaux : « Quantité », se référant au nombre de startups, d’espaces de coworking ou d’accélérateurs ; « Qualité », la présence de centres de R&D, la présence de licornes ou de succursales de sociétés multinationales ; et « Environnement d’affaires », qui prend en compte des éléments tels que les vitesses Internet, la liberté d’Internet et le niveau de maîtrise de l’anglais. 2021 a vu le succès d’Israël attribué à de solides performances dans les scores « Qualité » et « Quantité », dépassant même le Royaume-Uni en « Qualité » et se classant désormais deuxième au monde après les États-Unis. Israël souffre le plus dans son score « Environnement des affaires », qui a connu une baisse de la 16e place en 2020 à la 25e cette année, principalement en raison de son infrastructure et de sa réglementation.

Le rapport a également souligné que le Brexit était un facteur déterminant dans le rapprochement entre Israël et le Royaume-Uni. «Dans le monde post-Brexit, le Royaume-Uni, presque entièrement représenté par son écosystème dominant, Londres, est confronté au défi de préserver son statut de hub mondial de premier plan… Bien que le Brexit ait probablement fait plus de mal que de bien à l’écosystème local des startups , il existe de nombreux exemples de pays déconnectés au niveau régional établissant des environnements d’écosystème de startups solides en dehors des unions de pays. »

Le rapport StartupBlink catégorise également les villes au sein des pays, aidant à déterminer l’effet que les hubs de startups locaux ont sur leurs régions dans leur ensemble. Londres, qui a connu un léger exode d’entreprises à la suite du Brexit, a vu son classement mondial chuter de la troisième à la cinquième place en un an, Tel-Aviv perdant également une place, arrivant 8e. Notamment, Pékin a grimpé de 14 places de la 17e à la troisième place en seulement deux ans.

Jérusalem a grimpé d’une place à la 54e, et Haïfa a grimpé de 24 places en un an pour atteindre la 119e place. Beer Sheva a perdu 39 places depuis l’année dernière pour se classer au 238e rang mondial.

« De nombreux pays essaient de copier le modèle d’innovation israélien, mais cet écosystème est difficile à reproduire », conclut le rapport. « Il s’appuie sur des entrepreneurs par nature preneurs de risques et sur une situation géopolitique qui incite à l’innovation comme un besoin critique de survie. » En 2020, le PDG de StartupBlink, Eli David, a qualifié l’armée israélienne de « l’un des plus grands accélérateurs au monde ».

Le rapport Startup Ecosystem Index est mis à jour chaque année et classe 1 000 villes et 100 pays sur la base de centaines de points de données de partenaires tels que Crunchbase, Meetup, Semrush et autres.

Source : calcalistech.comSélection de Judith Douillet pour Alliance magazine juif

 

Partager :