Partager :

SPECIAL ISRAELVALLEY. La plage de Palmahim a une nouvelle allure (franchement très belle!) depuis ce début mai 2021. La plage est située dans la plaine côtière du Sud, au sud de Rishon Letsion et de Sorek, près du Kibboutz Palmachim.

La zone côtière a été déclarée Parc national.

Après une longue lutte, les écologistes israéliens peuvent à présent savourer leur victoire sur des promoteurs immobiliers qui voulaient construire un centre de vacances sur la plage.

Palmachim s’étend sur une surface de 221 hectares et appartient au Conseil régional Gan Rave. La plage a une longueur de 8,8 km, et comprend des habitats uniques : végétation et animaux de toutes sortes et zone de ponte de tortues de mer.

La plage de Palmahim est une des dernières plages naturelles conservées au centre du pays et dans une partie de la région des dunes de la cote sud. La plage attire les baigneurs et des visiteurs de toute la région pendant toutes les saisons de l’année.

Elle est formée surtout de sable, riche en coquilles et surmontée par des falaises de calcaire. Dans la partie nord se trouvent des grottes creusées dans des roches de kurkar. Au sud de la plage, on peut trouver les ruines d’une ville portuaire antique Yavne-Yam (en), de l’Âge du Bronze (milieu du deuxième millénaire avant J.-C.) au Moyen Âge. Des grottes funéraires ont aussi été repérées.

Un parc national est ouvert actuellement (magnifique selon IsraelValley qui a suivi ce dossier depuis des années) complétant ainsi la réserve naturelle de Palmahim Beach existant déjà plus au sud.

Il y a onze ans, une campagne avait démarré dans tout le pays contre la construction sur l’une des dernières portions de littoral encore vierge. Pour Adi Lustig, qui avait dix-huit ans lorsqu’elle a lancé le premier collectif de protestations à Palma’him, « le combat méritait d’être mené. Il le méritait car notre plage est à présent notre plage, car nous avons appris que nous avons le droit d’exiger ce qui nous appartient et qu’avec de la conviction et de la persévérance nous pouvons obtenir gain de cause ».

 

Partager :