Partager :

CYBERDEFENSE. Un article publié par Intelligence on line (Copyrights). « Nouvelle start-up au sein de l’incubateur du Commandement de la cyberdéfense, à Rennes, LumenAI bénéficie du soutien d’un investisseur bien connecté en Israël.

La cyberdéfense factory du Commandement de la cyberdéfense (Comcyber) de Rennes accueille sa quatrième start-up, LumenAI. Keyrus, société de services informatiques, finance depuis trois ans l’entreprise du chercheur Sébastien Loustau, spécialisée dans l’apprentissage automatique appliqué à la détection d’anomalies. Un investisseur déjà porté sur les questions militaires, qui entretient de bons réseaux à Beer Sheva, l’un des centres du cyber israélien.

Son entrée au capital de LumenAI, consécutive à un appel d’offres de la Direction générale de l’armement (DGA), a été réalisée via le fonds d’investissement Keyrus Innovation Factory.

Associée en 2014 à Thales et Orange pour la création d’une chaire dédiée aux data scientists à Polytechnique, Keyrus multiplie les appels du pied vers l’industrie de défense.

Et ce, depuis sa création en 1996 par Eric Cohen. La société de conseil a un temps été citée comme l’un des futurs membres de l’Intelligence campus de Creil, une entité appartenant à la Direction du renseignement militaire (DRM). Depuis, le projet a perdu de sa superbe.

Toutefois, Keyrus a réalisé 261 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2020. Elle a également été primée en 2019 par la Chambre de commerce France-Israël pour son soutien à la création d’un laboratoire cyber à Beer Sheva.

C’est d’ailleurs là, à l’Université Ben Gourion du Néguev, que Keyrus a bouclé une de ses opérations. En 2011, elle a racheté la société de logiciels pour le renseignement d’affaires Vision.bi.

Le directeur général de cette dernière, Gil Rozen, ancien capitaine de réserve dans le renseignement israélien, a piloté les opérations de Keyrus aux Etats-Unis jusqu’en 2019. »

Partager :